Le directeur du Bureau de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le Pacifique occidental, Takashi Kasai (droite). Photo: VOV


Le peuple vietnamien s'est beaucoup sacrifié pour sauver de nombreuses vies


Dans un article intitulé « Viet Nam needs you to be part of building a healthy, safe and liveable future » publié récemment sur la page de l’OMS, Takashi Kasai a loué les efforts et  l'efficacité de la lutte antiépidémique du Vietnam et a envoyé un message sur la période de « nouvelle normalité ». Il a hautement apprécié les mesures que le Vietnam a prises pour empêcher la propagation de la pandémie.

En particulier, le représentant de l'OMS a salué le respect stricte des réglementations de la population et sa bonne coopération avec les autorités. « Vos sacrifices au cours des derniers mois ont apporté de grands changements. Sans la fermeture des magasins, lieux de travail, écoles, sans le confinement, la distanciation sociale, la restriction des déplacements et le reporte des événements culturels et religieux, plus de personnes au Vietnam auraient été infectées. Ces mesures ont contribué à empêcher le COVID-19 de se répandre largement dans la communauté et permis aux établissements de santé de sauver de nombreuses vies ».

Les mesures de distanciation sociale que le Vietnam et d'autres pays du monde ont rendu la vie de millions de personnes très difficiles et ont eu un impact considérable sur le développement socio-économique. Il est impossible de compter le nombre de personnes qui ont perdu leur emploi et qui ne peuvent plus subvenir aux besoins de leur famille. Et les pauvres sont les plus touchés. Les personnes dans les secteurs «essentiels» ont travaillé sans relâche pour maintenir les services de santé.

Le combat n'est pas fini

Actuellement, certaines mesures ont été supprimées, cependant, selon Kasai, « cela ne signifie pas que la lutte contre le COVID-19 est terminée ». Ce sera une bataille de longue haleine. Dans un monde étroitement interconnecté, tant que le virus se propage et avant qu'un vaccin sûr et efficace ne soit disponible, aucun pays n'est à l'abri de nouvelles vagues d’infections.

Les habitants du Vieux quartier de Hanoï reprennent leurs activités quotidiennes. Photo: VOV


Le Vietnam doit continuer d'améliorer la santé de sa population et celle de son économie. « Il est faux de choisir une seule de ces deux options ». Les énormes décisions que les pays envisagent actuellement doivent être prises par des experts de la santé et de l'économie, ainsi que par des membres de la communauté et des entreprises ».

Selon l'OMS, cette approche sociale a été efficacement mise en œuvre par le Vietnam dès le début de l'épidémie. De nombreuses initiatives innovantes ont été lancées, davantage de types de produits et services - de la production agricole aux services de santé - ont été livrés à domicile.

Que faire pendant la période de « nouvelle normalité »?

Le Vietnam doit poursuivre les mesures préventives, telles que distanciation sociale dans les lieux publics,  lavage des mains et rester à la maison en cas de maladie.  

Chaque personne devrait être responsable non seulement d'elle-même, mais également de la santé et de la sécurité de sa famille, de ses collègues et de la communauté en général. Il faut écouter la voix de la science, respecter strictement les politiques de sauvegarde même après leur suppression et soutenir les personnes vulnérables qui nous entourent.

Le directeur du Bureau de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le Pacifique occidental, Takashi Kasai a appelé tous les Vietnamiens à continuer d'être vigilant et unis dans « la lutte contre le COVID-19 qui n'est pas terminée »./.

CPV