M. Nguyen Sy Thuy, président de l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine de Hanoï, offre des cadeaux. Photo: QDND

Il y a 56 ans, les impérialistes américains ont utilisé une arme chimique déguisée en "herbicide" ou "défoliant" qui fut pulvérisée sur les champs de bataille du Sud-Vietnam, causant une catastrophe écologique et sanitaire.

En 10 ans (1961-1971), l'armée américaine a pulvérisé 80 millions de litres de produits chimiques toxiques, dont 61% était de l'agent orange, contenant au moins 366 kg de dioxine - un des poisons les plus toxiques -, sur près d’un quart de la superficie du Sud-Vietnam. Ainsi, 4,8 millions de Vietnamiens ont été exposés dont plus de 3 millions sont victimes, dont de nombreux sont des 3e et 4e générations.

A Hanoi, plus de 50.000 personnes ont été infectées et exposées, dont plus de 19.000 victimes qui bénéficient des subventions de l'État. Jusqu'à présent, le nombre de survivants est de plus de 18.000, plus de 1.000 sont morts. 

Pour contribuer à "apaiser la douleur de l'agent orange", l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine de la capitale a collecté de 2016  au 31 mai 2017 plus de 15 milliards de dongs et aidé près de 40.000 victimes en construisant ou réparant leurs maisons, en allant rendre visite à leurs familles ainsi qu’en fournissant gratuitement des médicaments.


Thuy Hanh