Le Japon a besoin de recruter des infirmières pour s'occuper des personnes âgées. Photo d’illustration.


Entre janvier et septembre, 104.615 Vietnamiens ont été envoyés travailler à l’étranger, soit 87,2% de l’objectif annuel, a informé le Département de gestion des travailleurs vietnamiens à l’étranger du ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales. Pour le seul mois de septembre, leur nombre s’est élevé à 12.950.

Les principaux pays d’accueil des travailleurs vietnamiens au cours de ces 9 derniers mois ont été le Japon avec 53.610 travailleurs, Taïwan (Chine) avec 41.174, la République de Corée, 5.898, la Roumanie, 1.103, l’Arabie saoudite, 817, la Malaisie, 304,… Sur l’ensemble de l’année, ledit ministère vise 120.000 travailleurs.

Selon Nguyen Gia Liem, directeur adjoint du Département de gestion des travailleurs vietnamiens à l’étranger,  Taïwan (Chine) et le Japon sont les marchés traditionnels d’exportation de la main-d’œuvre, accueillant le plus de travailleurs vietnamiens (plus de 90% du nombre total ces derniers temps).

«Le Japon est le marché le plus prometteur aujourd'hui. Ce dernier offre non seulement de bons salaires, mais aussi de nombreuses possibilités d'emplois aux travailleurs qualifiés», a fait savoir Lien.

Toujours selon le directeur adjoint du Département de gestion des travailleurs vietnamiens à l’étranger, en 2018, le nombre total de travailleurs vietnamiens envoyé au Japon s’est élevé à près de 70.000. Actuellement, près de 200.000 travailleurs vietnamiens travaillent au Japon.

Le pays du Soleil levant a besoin de recruter plus de 345.000 travailleurs étrangers dans les secteurs suivants: infirmières pour s'occuper des personnes âgées,  hôtellerie (réceptionnistes), électricité, communication et information, entretien et réparation d’automobiles, construction, agriculture,…

CPV