Remis de dons à une victime d'engins explosifs. Photo: VNA


Ce don contribuera à aider ces personnes à lutter contre le coronavirus. 

Lors de la cérémonie, Cho Han Deog, directeur de l’Agence sud-coréenne de coopération internationale (KOICA) au Vietnam, a déclaré que cette aide témoignait des sentiments et de la solidarité du peuple sud-coréen envers le peuple vietnamien.

Caitlin Wiesen, représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Vietnam, a déclaré espérer que ces cadeaux répondront en partie à certains besoins urgents des victimes d'engins explosifs dans la lutte contre le COVID-19.

Le projet de coopération entre le Vietnam et la République de Corée dans le traitement des conséquences des bombes et mines laissées par la guerre est mis en œuvre par le Centre national d'action contre les mines du Vietnam (VNMAC), le PNUD au Vietnam et la KOICA depuis mars 2018. Il vise à éliminer systématiquement les séquelles des bombes et mines restant après la guerre, garantir la sécurité de la population et promouvoir l’essor socio-économique à Quang Binh et Binh Dinh (Centre).

Après les guerres, une grande quantité de bombes, mines et produits explosifs restent dans le sol au Vietnam et nuisent à la vie des habitants. Environ 6,13 millions d’hectares de terres pollués représentent 18,82% de la superficie du pays. Depuis 1975 à ce jour, plus de 100.000 personnes sont tuées ou blessées à cause des explosifs.

Quang Binh et Binh Dinh sont les deux provinces ayant la plus grande surface polluée et le plus important nombre de victimes. Pour l’heure, la superficie de terre polluée à Binh Dinh et à Quang Binh à cause des bombes et mines représente respectivement plus de 40% et près de 28% de celle de ces deux provinces. En plus, le nombre de morts et blessés sont respectivement 3.000 à Binh Dinh et 6.000 à Quang Binh./.

CPV/VNA