Avant l’épidémie, la principale industrie de Hoi An était le tourisme et 75% des 5,35 millions de touristes comptabilisés l'année dernière étaient des étrangers. Photo: Toquoc


Après des semaines de procédures d’isolement et de distanciation sociale, Kim Gordhan, 24 ans, une étrangère d'origine sud-africaine vivant à Hanoï, est enfin en mesure de voyager. Elle et deux collègues ont décidé de réserver des vols pour Hoi An début mai, à l’occasion des congés du 30 avril – 1er mai.

Des centaines de touristes vietnamiens sont venus à Hoi An à cette période et se sont promenés le long de la rivière Thu Bon.

Kim et ses deux amies ont décidé de déguster de la bière artisanale dans le vieux quartier de Hoi An, de prendre des photos sur le Pont-pagode, d'admirer la ville sur des bateaux en bois et de déguster de la nourriture de rue.

Tran Nga, une touriste vietnamienne de 30 ans, a partagé qu'elle avait décidé d’aller à Hoi An en voiture-lit. « Rien à craindre, car le gouvernement vietnamien fait ce qu’il faut. Les  nombreuses personnes soupçonnées d'être infectées par le virus   sont à l’isolement », a-t-elle déclaré.

En  isolant des dizaines de milliers de personnes suspectées d’être infectées, le Vietnam a enregistré moins de 300 cas de Covid-19 et aucun décès. Le Vietnam est également l'un des premiers pays d'Asie du Sud-Est à avoir rouvert ses infrastructures touristiques.

Les compagnies aériennes, les chemins de fer et les entreprises de bus ont repris leurs activités. De nombreux sites touristiques fonctionnent à nouveau, notamment la citadelle impériale de Hue, le téléphérique de Sapa ou les belles grottes du parc national de Phong Nha - Ke Bang.

Avant l’épidémie, la principale industrie de Hoi An était le tourisme et 75% des 5,35 millions de touristes comptabilisés l'année dernière étaient des étrangers. Il y a actuellement très peu de visiteurs étrangers au Vietnam car le gouvernement vietnamien n'a pas encore levé l'interdiction d'entrée pour les touristes.

Il n'est pas difficile de réserver un « homestay » ou un hôtel ou de trouver un restaurant à Hoi An, bien que de nombreuses entreprises touristiques restent fermées, ainsi que les centres de villégiature, agences de voyages et centaine de magasins de vêtements. Les propriétaires d'hôtels, les restaurateurs  et les voyagistes  espèrent que les visiteurs européens et américains seront autorisés à revenir cette année. On s'attend dans un premier temps à un retour des touristes d'Asie tels que  Chinois,   Sud-Coréens ou Taïwanais, et ce dès juillet.

La pandémie met à l’arrêt  le tourisme pendant une longue période mais aussi  ouvre de nouvelles opportunités de développement.

Pham Vu Dung, un habitant local, a eu le temps de se concentrer sur des projets qui offriront aux voyageurs des options plus respectueuses de l'environnement à leur retour. Plus précisément, il construit un jardin bio de plus de 4 000 m²,   le long de la rivière Ho, à environ 4,8 km au nord de la ville. Là  il cultive toutes sortes de fruits. M. Dung prévoit aussi d'ouvrir un restaurant bio.

Ben Attwater, directeur du Mango Group a déclaré que "c'est le moment idéal pour voyager et découvrir le charme silencieux qui a rendu Hoi An si célèbre"./.

CPV