En septembre de chaque année, après avoir récolté le coton, les Ta Oi filent les fibres de coton puis les teignent en noir, blanc, jaune, rouge, vert et violet. Des couleurs  extraites des feuilles, écorces et tubercules de plusieurs arbres.

Le métier à tisser des Ta Oi est fait de bambou ou d'un bois léger, ce qui permet aux tisseuses de le déplacer facilement.

Pour rendre les «zèng» durables et de belles décorations, les tisseuses doivent effectuer de nombreuses étapes méticuleuses dont le tri des fils selon la taille et la couleur. Pour la confection de vêtements, il faut choisir des fils fins et minces. Les fils larges et gros sont utilisés pour tisser des tapis ou des carpettes.

Quelques photos :

Chez les Ta Oi, le tissage de «zèng» est considéré comme une mesure évaluant des valeurs de la vie.
Le métier à tisser des Ta Oi est fait de bambou ou d'un bois léger,...
... ce qui permet aux tisseuses de le déplacer facilement.


La plus grande caractéristique du brocart des Ta Oi par rapport aux autres groupes ethniques de la province de Thua Thien - Huê réside dans les feuilles de «zèng» tissées, de grande taille et très décorées.
CPV