Une peinture de laque poncée d'un artiste vietnamien. Photo: CPV

 

Le projet vise à préserver cet art traditionnel, à stimuler son développement ainsi qu’à promouvoir la culture du Vietnam à l'international à travers des activités d'échange culturel et de présentation de produits de laque poncée.

Pendant la période 2020-2030, il faudra se pencher sur l’édification du logo pour ce type d’art, l’investissement et le développement des zones de  culture du laquier Rhus succedanea dans la province de Phu Tho, le développement des produits du village des laqueurs de Ha Thai (à Hanoi), la publication d'un livre sur cet art, l’organisation de festivals internationaux concernant ce type d’art…

De plus, renouveler les contenus des programmes de formation concernés dans les établissements de formation aux beaux-arts ainsi qu’utiliser les nouvelles technologies et techniques dans la création et la fabrication de produits sont aussi des contenus importants mentionnés dans ce projet.

Au Vietnam, la laque est employée depuis longtemps dans l’artisanat ou pour la décoration d’ouvrages architecturaux.

La laque traditionnelle vietnamienne est tirée de la sève du laquier Rhus succedanea, planté pour l'essentiel dans la province de Phu Tho.

Une fois traitée, la sève devient  la laque traditionnelle avec  trois couleurs principales: noir, brun et rouge. De nos jours, les artistes  utilisent également d'autres matières  comme poudre de métal, d’or, d’argent, coquilles d’œuf… pour enrichir leur gamme.

La laque traditionnelle est très collante. Une fois sèche, elle devient résistante, imperméable et antimite. Sa transparence et sa brillance rehaussent l’éclat des couleurs. 

CPV