La Japonaise Masako Sakata sortira son dernier film sur l’agent orange

Jeudi, 18/08/2022 09:59
Depuis le décès de son mari américain il y a près de deux décennies, la réalisatrice de documentaires japonaise Masako Sakata est à la recherche de réponses sur les retombées tragiques causées par l’agent orange pendant la guerre du Vietnam.

Semaine du cinéma danois au Vietnam

Semaine du film vietnamien au Venezuela

Bientôt le 6e Festival international du film de Hanoï

Le Festival du film japonais 2022 s'ouvre en ligne

leftcenterrightdel
Une scène dans le film. Photo: Japan Times 

Elle était convaincue que son partenaire Greg Davis, qui a servi trois ans dans l’armée américaine au Vietnam jusqu’en 1970 et qui a ensuite reçu un diagnostic de cancer du foie, est décédé des suites de son exposition au défoliant toxique.

Ce qu’elle a découvert de ses propres yeux après des visites répétées dans ce pays d’Asie du Sud-Est à partir de 2004 allait produire bien plus que "Agent Orange - A Personal Requiem", son premier film documentaire en 2007, mais une série en japonais, culminant avec le dernier film "Long Time Passing" qui sera publié plus tard ce mois-ci à Tokyo.

À travers son objectif, Sakata tente de saisir ce que la guerre a signifié au fil du temps pour les personnes qui continuent de lutter avec des blessures qui n’ont jamais complètement guéri avec le temps.

Le film d’une heure dépeint la vie quotidienne de Trân Thi Hoan, une jeune femme née sans jambes et une de ses mains. Pendant sa grossesse, sa mère avait été exposée au défoliant dans un champ. Hoan, qui est diplômée d’université et travaille dans un hôpital, a passé son enfance dans un établissement fondé pour les enfants touchés par l’agent orange. Le film présente également d’autres personnes nées avec de graves handicaps et leurs familles vieillissantes qui s’occupent d’elles dans des zones rurales difficiles et pauvres.

Masako Sakata présente également une bataille judiciaire en France par une ancienne journaliste contre les entreprises chimiques américaines qui ont fabriqué l’agent orange utilisé pendant la guerre.

En 2011, elle a publié la suite, "Living the Silent Spring" sur les dangers que représentent les produits chimiques toxiques pour l’humanité. Dans ce document, les enfants des vétérans américains de la guerre du Vietnam et leurs luttes contre le handicap sont explorés.

La réalisatrice japonaise pense qu’en montrant les personnes les plus dévastées cachées dans l’ombre, les racines de la guerre et du mal émergent. Une fois qu’une guerre a commencé, "elle ne se termine jamais vraiment", a-t-elle souligné. Son premier film a remporté plusieurs prix au Japon et à l’international. Son dernier film sortira en salles à Tokyo le 20 août, suivi de sorties dans d’autres régions du Japon. 

CPV/VNA

NOUVELLES CONNEXES

  Publier des commentaires
Nom et prénom
Email
Commentaire
Validation