Photo d'illustration/Vbiz


Selon le journal américain, la croissance du secteur de la fabrication et de l'exportation avait aidé le PIB du Vietnam au troisième trimestre de cette année à croître de 2,62% en un an, ce qui a permis la reprise économique du pays après  le déclin du premier semestre en raison de la pandémie de COVID-19.

Les exportations vietnamiennes ont augmenté de 11% au troisième trimestre, en grande partie grâce à une augmentation de 20% des exportations d'ordinateurs personnels pour répondre à la forte hausse de la demande dans le monde entier en raison du boom des cours en ligne et du travail à domicile. En particulier en septembre, les exportations vietnamiennes ont augmenté de 18%.

"Avec la Chine, le Vietnam est la seule grande économie d'Asie qui devrait connaître une croissance en 2020", a déclaré Priyanka Kishore, responsable de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est chez Oxford Economics.

La bonne gestion de l'épidémie a aidé le Vietnam à rouvrir et reprendre ses activités économiques. Fortune a noté que le Vietnam n'a enregistré aucun cas de COVID-19 intracommunautaire depuis plus de 3 mois, depuis la résurgence de l'épidémie à Da Nang.

Les nouveaux cas quotidiens au Vietnam allaient de 0 à 5 en septembre.

Priyanka Kishore ont souligné que la 2ème vague de COVID-19 au Vietnam a "quelque peu bloqué la reprise", mais "la situation est de nouveau sous contrôle".

La croissance du PIB de 2,62% du Vietnam au troisième trimestre est une hausse notable comparée au +0,39% du deuxième trimestre. Cependant, elle est toujours inférieure à la croissance du PIB du troisième trimestre 2019, avant l'épidémie de COVID-19, qui était de 7,31%.

La raison en est, selon le journal américain, que la chute du nombre de touristes étrangers a eu un impact sur la reprise économique. Les données de la Banque mondiale (BM) ont montré qu'avant la pandémie, le tourisme représentait environ 8% du PIB national.

Cependant, les dégâts causés par l'absence de touristes étrangers dans les autres pays de la région sont pires que ceux du Vietnam, par exemple en Thaïlande où le tourisme représente 14% du PIB. En outre, selon Fortune, la Thaïlande n’a pas le statut de « grand atelier de production mondiale», et ne peut donc espérer des délocalisations de production comme le Vietnam./.

CPV