Le fruit du dragon est l'un des fruits vietnamiens les plus exportés en Chine. Photo: congthuong

Hormis l'impact de l'épidémie de Covid-19 qui a perturbé la chaîne d'approvisionnement, ces produits vietnamiens sont de plus en plus confrontés à de nombreux grands concurrents tels que Thaïlande, Cambodge et Laos.

Selon les statistiques du Département général des Douanes, au cours des huit premiers mois de l'année, les exportations nationales de fruits et légumes ont atteint 2,5 milliards de dollars, en hausse de 10,7% par rapport à la même période de 2020.

Avec 58% du total en valeur, la Chine est demeurée le plus grand importateur.

Selon Dang Phuc Nguyen, secrétaire général de l’Association des fruits et légumes du Vietnam, depuis mai 2021, le chiffre d'affaires à l'exportation   vers le marché chinois n'a cessé de plonger, en moyenne de 15% par mois.

Actuellement, le Vietnam compte 8 fruits frais autorisés à être exportés vers la Chine que sont la mangue, le fruit du dragon, la banane, le longane, le litchi, la pastèque, le ramboutan et le mangoustan.

Cependant, le protocole officiel sur la quarantaine végétale avec la partie chinoise n'a pas encore été signé. Raison pour laquelle dans ce contexte compliqué de la pandémie, la Chine a mis en place une quarantaine végétale plus stricte qu'auparavant à sa frontière. Cela retarde les livraisons.

Acélérer les négociations pour favoriser l'expansion du marché pour des produits où le Vietnam a de grands atouts comme le durian, le fruit de la passion...devrait être une priorité future. Photo: baoquocte

Toujours selon M. Dang Phuc Nguyen, exporter par voie maritime vers la Chine n’est pas facile en raison du manque de conteneurs réfrigérés, des taux de fret élevés et d'une quarantaine végétale plus difficile dans les ports vietnamiens.

De plus, sur le marché chinois, ces produits vietnamiens sont de plus en plus confrontés à de nombreux grands concurrents tels que la Thaïlande, le Cambodge et Laos.

«Il sera nécessaire d'organiser prochainement des négociations pour signer un protocole sur la quarantaine végétale avec la partie chinoise pour 8 fruits frais afin de réduire le temps de dédouanement et le coût du transport routier», a suggéré M. Nguyen.

Selon lui, il ne faut pas augmenter la production de fruits et légumes à forte offre sur le marché chinois comme le fruit du dragon à chair rouge, la banane, le longane, etc. 

La qualité des produits doit être progressivement améliorée pour mieux concurrencer les produits des fournisseurs voisins, et accélérer les négociations pour favoriser l'expansion du marché pour d'autres produits où le Vietnam a de grands atouts comme le durian, le fruit de la passion, l'avocat, la noix de coco..., telles devraient être les priorités futures. 

CPV