Photo d'illustration/nangluongsachvietnam

 

Par l’intermédiaire des organisations domestiques de crédits, les institutions financières internationales jouent un rôle grandissant dans l’attribution des investissements pour l’économie verte au Vietnam.

Récemment, Proparco (pour "Promotion et Participation pour la Coopération économique"), une filiale de l’Agence française de développement (AFD), a accordé un crédit de 50 millions de dollars à la banque commerciale de développement de Hô Chi Minh-Ville (HDBank) dans le but de promouvoir les projets verts et le développement durable. Il s’agit de la première fois que HDBank coopère avec Proparco, mais elle a commencé à déployer le financement pour projets verts au Vietnam depuis 2018. Pour recevoir le financement de HDBank, les projets doivent s’engager à réduire leur consommation énergétique et leurs émissions de CO2 et à protéger l’environnement. HDBank estime que ces projets créeront plus de 1.350 emplois directs et indirects dans les temps à venir.

En juillet, la Société financière internationale (IFC) a accordé un prêt à long terme d’une valeur de 100 millions de dollars à la banque commerciale vietnamienne OCB afin de promouvoir la participation du secteur privé à la croissance verte et durable au Vietnam. Le crédit a pour objectif d’aider les petites et moyennes entreprises (PME) à accéder plus facilement aux financements, notamment pour les projets respectueux du climat, ainsi que de développer de nouvelles solutions financières basées sur les plateformes bancaires numériques.

En mai, la banque BIDV, quant à elle, a reçu un crédit à long terme d’une valeur de 100 millions de dollars et une assistance technique d’une valeur de 300.000 euros en provenance de l’AFD. Cette somme sera utilisée pour soutenir les entreprises investissant dans la protection de l’environnement, l’adaptation aux changements climatiques et la croissance verte.

Précédemment, plusieurs banques de détail, telles que Agribank, Vietcombank, TPBank et Nam A Bank, se sont vu accorder des prêts à long terme en faveur de projets de croissance verte par des institutions financières internationales. Outre de l’argent, ces institutions offrent également des assistances techniques visant à aider les entreprises à élaborer leurs stratégies de développement.

En septembre, la banque Standard Chartered Vietnam et la Chambre de commerce britannique au Vietnam (BritCham) ont signé un accord de coopération visant à accélérer le développement durable au Vietnam et l’application des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans l’entreprise.

Cette coopération a été déclenchée par une série de six conférences en ligne portant sur les ESG et le développement durable. BritCham a également créé une équipe de travail ayant pour vocation d’aider ses entreprises membres à réaliser leurs initiatives d’ESG.

D’après Michele Wee, directrice générale de la banque Standard Chartered Vietnam, la prise de conscience de la durabilité et l’application des dimensions ESG permettront aux entreprises de se développer durablement et efficacement, ce qui apportera des intérêts sociaux, environnementaux et économiques au Vietnam.

"Standard Chartered souhaite aider les marchés émergents comme le Vietnam à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre rapidement sans devoir ralentir leur vitesse de développement. De plus, nous voulons contribuer à l’objectif mondial de ramener les émissions nettes de CO2 à zéro et de stabiliser le changement climatique d’ici 2050. Nous mobiliserons et offrirons les financements nécessaires pour développer les ressources énergétiques vertes et les moyens de transport zéro carbone et renforcer la décarbonation des émissions du secteur de l’industrie", a annoncé Michele Wee.

Des opportunités d’appel de fonds sont importantes


Selon la Banque mondiale (BM), le Vietnam est l’un des cinq pays les plus vulnérables au changement climatique, car 37% de sa population habitent dans des plaines côtières qui ne représentent que 17% de la superficie nationale. Elle estime que le changement climatique pourra réduire le revenu de la population vietnamienne de 3,5% en 2050.

Face à cette situation, le financement à la croissance verte joue un rôle crucial dans le processus de développement durable du pays. Une étude de l’IFC montre que le financement pour le climat au Vietnam ne représente que 5% des crédits réalisés par les banques, soit équivalents à 10,3 milliards de dollars, mais ce chiffre augmentera dans les années qui viennent.

Selon l’IFC, la mise en œuvre de l’objectif de réduire des émissions de gaz à effet de serre de 9% d’ici 2030 pour adoucir les impacts du changement climatique offrira au Vietnam une opportunité d’investissement d’une valeur de 753 milliards de dollars dans le climat, pendant la période de 2016 à 2030.

En même temps, une enquête de l’entreprise américaine de services financiers MSCI indique que 79% des investisseurs en Asie-Pacifique ont augmenté de manière considérable leurs investissements dans les projets d’ESG en 2020 afin de maîtriser l’instabilité entrainée par le COVID-19. Par ailleurs, 57% d’entre eux envisagent l’intégration des critères ESG dans leur processus de décision d’investissement à la fin de 2021.

La tendance d’investissement dans la croissance verte observée chez les investisseurs internationaux ouvre de nombreuses opportunités d’appel de fonds aux entreprises vietnamiennes.

Dans son dernier rapport intitulé "ESG, les premiers pas en avant pour un marché pré-émergent asiatique", la Banque HSBC Vietnam a mis en valeur la croissance rapide qu’a connue le Vietnam au cours de la dernière décennie, tout en soulignant que le pays était une terre fertile pour les investisseurs qui cherchent à prospérer. Pour protéger cette croissance, le Vietnam devra développer ses marchés financiers dans lesquels les financements étrangers joueront un rôle important.

HSBC estime que les initiatives de lutte contre le changement climatique et les programmes financiers verts sont encore jeunes au Vietnam. Cependant, la banque pense que le pays s’améliore de plus en plus en matière de gouvernance. De nombreux investisseurs étrangers ont été impressionnés, sachant que le Vietnam dispose déjà d’un guide très précis sur la gouvernance d’entreprise qui s’harmonise avec les 17 Objectifs de développement durable des Nations Unies.

À l’heure actuelle, le Vietnam est le pays qui investit le plus dans le domaine des énergies renouvelables au sein de l’ASEAN./.

CPV/NDEL