Photo: KingNuts


Après 30 ans de développement, la filière de la transformation et de l'exportation de la noix de cajou du Vietnam est progressivement passée au premier rang mondial.  

C’est ce qui est ressorti de la cérémonie célébrant le 30e anniversaire de la fondation de l'Association de la noix de cajou du Vietnam (Vinacas), tenue le soir du 23 novembre à Ho Chi Minh-Ville.

Selon les statistiques de Vinacas, lors de la création de l’association en 1990, le Vietnam a commencé à exporter des amandes de cajou d'un volume de 286 tonnes et d'une valeur de 1,4 million de dollars. En 1995, la quantité exportées a atteint 15.000 tonnes pour un montant total de 90 millions de dollars.

En 1996, pour la première fois, la valeur des exportations de noix de cajou s’est chiffrée à 110 millions de dollars. Et en 2004, pour la première fois, la quantité de noix de cajou d’exportation a atteint plus de 105.000 tonnes, soit 436 millions de dollars.

En 2006, le Vietnam a dépassé l'Inde pour se hisser au premier rang mondial des exportateurs avec près de 127.000 tonnes et 504 millions de dollars.

Depuis 2017, le Vietnam est devenu le premier centre mondial de transformation et d'import-export de noix de cajou, représentant plus de 50% des noix de cajou brutes transformées.

En 2020, bien que fortement affectées par l'épidémie de COVID-19, de janvier à fin octobre, les exportations ont atteint encore plus de 422.000 tonnes et 2,6 milliards de dollars (+12% en volume et -3% en valeur).

Selon les prévisions, pour toute l'année, 450.000 tonnes seraient exportées pour s’établir à 3,28 milliards de dollars.

Ainsi, de 1990 à fin 2020, la filière a exporté plus de 4,6 millions de tonnes d’une valeur totale estimée à plus de 31 milliards de dollars.

Selon M. Pham Van Cong, président de Vinacas, le plus grand avantage de la filière est la technologie de transformation, qui est la plus avancée au monde et fabriquée par les Vietnamiens.

Avec des technologies constamment améliorées, en peu de temps, la filière s'est développée de manière impressionnante.

«Ces 10 dernières années, grâce à l'application des sciences et  technologies, la mécanisation et l'automatisation ont résolu de nombreux problèmes précédemment soulevés tels que pénurie de main-d'œuvre, pollution, gestion de la qualité des produits, et surtout sécurité et hygiène alimentaires - une préoccupation majeure pour les pays importateurs. La noix de cajou devient l'un des produits d’exportation phares du Vietnam», a souligné M. Pham Van Cong./.

CPV