M. Ngô Tu Lâp, directeur de l’IFI, prend la parole lors de la conférence. Photo: XD

«La technologie financière (aussi nommé Fintech) se développe rapidement et fortement, modifiant profondément la manière et le modèle des affaires ainsi que le comportement des acteurs du marché (Fournisseurs de services clients, Entreprises fournissant des services complémentaires, Agences gouvernementales de gestion concernées). Ces changements créent de nombreuses opportunités, mais comportent également certains risques pour les acteurs du marché et de réels défis tant pour les institutions financières et monétaires que pour les organisations commerciales».

C’est ce qu’a estimé M. Ngô Tu Lâp, directeur de l’IFI (Institut Francophone International - relevant de l'Université nationale de Hanoï), lors de la conférence «Technologie financière en économie intelligente» tenue ce matin à Hanoi, sous les auspices de l’IFI, de l'Université nationale de Hanoï et de l’École de Management Normandie (France).

Selon lui, cette conférence est organisée afin d’identifier les défis et opportunités du secteur financier à l’ère de la transformation numérique, couvrant tous les aspects de la vie socio-économique: cadre juridique, sécurité de l’information, exigences technologiques, organisation de services financiers, questions liées aux consommateurs,…

Faisant partie de la série de séminaires DAAS (Diderot Advance Academic Seminars), cette conférence a abordé un sujet très prisé par les académiciens ainsi que par les professionnels, à savoir la technologie dans le secteur financier. Le contenu de la conférence portait sur l’analyse des innovations de la Fintech et sur le futur des services financiers numériques, ainsi que sur l’identification de l’écosystème moderne des services financiers et l’entrepreneuriat de la Fintech. 

En 2017, le marché vietnamien de la Fintech a pesé 4,4 milliards de dollars ; et 7,8 milliards de dollars sont attendus en 2020. Photo: opengateitalia.com

«Avec sa population jeune, la croissance des dépenses de consommation, la pénétration des smartphones et de l’Internet, le Vietnam émerge en tant que marché important pour les entreprises de Fintech. Le nombre d’entreprises de ce secteur a fortement augmenté, passant de 40 unités en 2016 à 100 actuellement», a informé M. Ha Huy Tuân, vice-président de la Commission nationale de surveillance financière.

«Edifier et perfectionner au plus tôt un cadre juridique de la Fintech pour le secteur des services financiers devrait être une priorité pour impulser le développement de la Fintech au Vietnam ces prochaines années», a-t-il suggéré.  

A cet égard, M. Bui Thê Duy, vice-ministre des Science et Technologies, a estimé qu’il faudrait identifier et développer un écosystème Fintech plus moderne et perfectionné avec des services financiers reliés étroitement au développement de ressources humaines hautement qualifiées.

«Le gouvernement vietnamien attache toujours de l'importance aux activités des startups dans ce domaine», a-t-il assuré.

Selon le rapport «ASEAN FinTech Census 2018» (Recensement FinTech 2018) de Ernst & Young (EY) publié l’année dernière, en 2017, le marché vietnamien de la Fintech a pesé 4,4 milliards de dollars ; et 7,8 milliards de dollars sont attendus en 2020.

XD