Un modèle pour accueillir le 13e Congrès national du Parti sur la rue Dien Bien Phu, près du mausolée du Président Ho Chi Minh. Photo: VNA

 

Le Parti communiste du Vietnam (PCV) au pouvoir est sur le point de tenir du 25 janvier au 2 février un congrès pour sélectionner une nouvelle direction et déterminer la politique pour les cinq prochaines années. La pandémie du COVID-19, le commerce et le changement climatique seront à l'ordre du jour des nouveaux dirigeants, a cité l’article.

Selon l’article, peu de pays dans le monde ont réussi à combattre la pandémie de COVID-19 que le Vietnam. Peu de temps après le début de l'urgence sanitaire, les autorités ont mis en place des mesures strictes pour contrôler la propagation du virus, ce qui a permis de maintenir le nombre d'infections sous contrôle tout au long de l'année. Le pays d'Asie du Sud-Est a jusqu'à présent enregistré 1.544 cas de COVID-19 et 35 décès, selon l'Université Johns Hopkins des États-Unis.

La gestion efficace de la crise sanitaire par le gouvernement a eu un effet positif sur l'économie. Le Vietnam est l'un des rares pays à avoir réussi à afficher une croissance en 2020, de 2,9% en 2020, lorsque la confiance et l'optimisme des consommateurs restent également élevés.

Le pays tourné vers l'exportation comme le Vietnam devient de plus en plus important pour l'économie mondialisée et les chaînes d'approvisionnement internationales. En outre, il est devenu un partenaire commercial majeur de l'Allemagne et de l'Union européenne depuis l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA) en août de l'année dernière.

Hanoï a également organisé la cérémonie de signature virtuelle de l'accord créant la plus grande zone de libre-échange au monde, le Partenariat économique régional global (RCEP).

Selon le journal DW, le 13e Congrès national du Parti - l'événement le plus important du calendrier politique vietnamien -, choisira les membres du Comité central et fixera également les orientations politiques pour les cinq prochaines années.

S’agissant des défis futurs, Carl Thayer de l'Université australienne de la Nouvelle-Galles du Sud (Australie) a estimé que la sécurité énergétique du Vietnam était le problème le plus pressant pour les cinq prochaines années. L'économie en plein essor a besoin de plus en plus d'énergie. Le deuxième défi majeur pour le Vietnam est de résoudre de nombreux différends tarifaires et commerciaux de longue date avec les États-Unis, son plus grand marché d'exportation.

Carl Thayer a déclaré qu'il était optimiste que Hanoï parviendrait à un accord avec les États-Unis sur de nombreuses questions. Le Vietnam est susceptible de reprendre une croissance économique à deux chiffres dans les cinq prochaines années, surtout s'il utilise intelligemment de nombreux accords de libre-échange déjà conclus.

Nguyen Phuong Linh, directrice adjointe du cabinet de conseil Control Risks, a souligné que les réformes étaient en tête de liste des mesures nécessaires, en profitant de ses avantages comparatifs tels que la stabilité politique, une démographie attrayante et une main-d’œuvre relativement bon marché et travailleuse.

Le journaliste Mike Tatarski, qui vit à Ho Chi Minh-Ville, a souligné le besoin urgent de moderniser les infrastructures dans le contexte où le Vietnam est actuellement le chouchou du monde manufacturier mondial.

Mais selon lui, le plus grand défi du Vietnam pour les cinq prochaines années, et pour un avenir indéfini, est le changement climatique, notamment l’application des politiques agricoles plus intelligentes.

CPV/VNA