Photo: Vietnamplus


C’est ce qu’a déclaré Samuel Pursch, directeur adjoint de Vriens & Partners à la chaîne de télévision singapourienne Channel NewsAsia (CNA), dans l'épisode 43 de la série de reportages Insight intitulée "Vietnam: New China?".

Avec une population d'environ 96 millions d'habitants, le PIB a cru de près de 8%, en partie grâce au transfert de production de la guerre commerciale sino-américaine. La proximité avec la Chine est particulièrement adaptée aux entreprises souhaitant délocaliser leurs activités de production au Vietnam. Mais au lieu d'abandonner complètement la Chine, les investisseurs choisissent d'ajouter des installations de production avec des intrants bon marché au Vietnam, également connu sous le nom de stratégie Chine + 1.

De nombreuses entreprises dépendent trop de la chaîne d'approvisionnement en Chine, elles souhaitent donc pouvoir se diversifier, de sorte qu'en cas d’incident en Chine, elles disposent d’une autre option. Par ailleurs, les salaires augmentent en Chine, donc très rapidement, la Chine n'aura plus d'avantage en termes de coûts compétitifs. Et le Vietnam apparaît comme l'une des économies que la plupart des entreprises recherchent. Dans de nombreux aspects, faire des affaires au Vietnam est plus facile pour une entreprise étrangère.

Selon Simon Baptist, économiste en chef de The Economist Intelligence Unit, “la subvention du gouvernement à l'industrie automobile est énorme, mais en conséquence le marché automobile est dans un état d'offre supérieur à la demande. Il est donc très difficile pour les constructeurs de réaliser des profits. Par conséquent, il est raisonnable que le Vietnam se concentre sur l'électronique. Bien sûr, c'est un choix intentionnel mais aussi le résultat d'un investissement important de Samsung au Vietnam".

"Je pense que beaucoup d'entreprises qui quittent la Chine ne reviendront pas. Le COVID-19 n'est pas la faute de la Chine, mais cela consolide certainement leur décision de se délocaliser vers le Vietnam, de nombreuses entreprises jugeant  qu'il est trop risqué de dépendre d'un seul pays pour sa chaîne d'approvisionnement ou son plan d'affaires. Le COVID-19 a donné aux entreprises une raison supplémentaire de se délocaliser. Et c'est une tendance à long terme", a déclaré Adam Sitkoff, directeur exécutif d'Amcham.

CPV