Le Vietnam est une destination d’investissement incontournable pour les entreprises japonaises

Mercredi, 08/02/2023 17:34
Le Vietnam exerce toujours de l’attractivité, malgré les fluctuations mondiales, a déclaré le représentant en chef de l’Organisation japonaise du Commerce extérieur (JETRO) à Hanoï, Takeo Nakajima, lors d’une interview accordée au journal "Thế giới & Việt Nam" (Le Monde & le Vietnam).

60% des entreprises japonaises implantées au Vietnam souhaitent y développer leurs activités

Les entreprises japonaises apprécient l'environnement d'investissement à Ho Chi Minh-Ville

JETRO: 55 % des entreprises japonaises implantées au Vietnam ont des plans d'expansion

leftcenterrightdel
 Une usine d'une entreprise japonaise au Vietnam. Photo: Nikkei Asia

L’enquête menée en 2022 par JETRO a indiqué que 60% des entreprises japonaises souhaitent développer leur activité au Vietnam. Comment évaluez-vous ce résultat ?
Dans la récente enquête de JETRO, la proportion d’entreprises japonaises qui ont l’intention d’accroître leurs investissements au Vietnam au cours des deux prochaines années est de 60%, soit une hausse de 5 points par rapport à l’année précédente, soit la plus élevée parmi les pays d’Asie du Sud-Est.

Ce résultat montre l’attitude des entreprises japonaises face à l’avenir au Vietnam. Cependant, il n’a pas encore atteint les 64% de l’enquête de 2019 avant la pandémie.

Du côté positif, la «nouvelle normalité» s’est poursuivie. (En 2021, les mesures contre le Covid-19 étaient strictes et les activités commerciales étaient sévèrement limitées.) Par rapport à 2021, les opérations des usines sont revenues à la normale, les importations et les exportations sont devenues plus actives et le marché de consommation s’est redressé.

En revanche, l’économie n’a pas encore atteint ses niveaux d’avant la pandémie. Les pénuries de main-d’œuvre, la guerre en Ukraine, la hausse des prix de l’énergie, l’inflation, les fluctuations monétaires, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et les fermetures chinoises ont limité la croissance.

De plus, cette enquête n’a pas reflété de manière significative les hausses de taux d’intérêt, l’inflation et le ralentissement du marché américain au second semestre 2022. Ces questions devraient rester préoccupantes en 2023.

D’après vous, les capitaux des entreprises japonaises continueront-ils à «affluer» au Vietnam à l’avenir ?
Les entreprises prennent leurs décisions d’investissement en fonction d’une perspective à long terme de cinq à dix ans plutôt qu’à court terme. Avec une population de 99 millions d’habitants, une classe moyenne en croissance et la présence de nombreuses entreprises étrangères, le Vietnam est prometteur pour le commerce électronique direct interentreprises (B2B) et les transactions commerciales sur Internet entre entreprises et clients (B2C).

Il est également attractif en tant que base de production et d’exportation. Le Vietnam a signé plus de 15 accords de libre-échange. Les salaires sont encore bas au sein de l’ASEAN, la main-d’œuvre est relativement abondante et les villes construisent des parcs industriels pour répondre à la demande des entreprises étrangères.

En 2022, les investissements japonais au Vietnam (investissements nouveaux et d’expansion) ont atteint 4,56 milliards de dollars, juste après les 4,62 milliards de dollars de Singapour. Les entreprises ont investi dans divers secteurs, dont l’énergie, le commerce de détail, l’électricité et l’électronique.

Le Vietnam est devenu une destination d’investissement incontournable pour les entreprises japonaises. Selon une enquête menée par JETRO l’année dernière, le Vietnam se classait au deuxième rang dans la liste des pays d’investissement populaires, après les États-Unis. Des incidents imprévus et des turbulences économiques affecteront le Vietnam à court terme. Pourtant, le pays a toujours sa propre attractivité à long terme. Cela se reflète dans le nombre croissant d’entreprises de République de Corée, de Singapour, de Taïwan (Chine) et de Chine qui entrent au Vietnam.

Comment évaluez-vous l’environnement des affaires au Vietnam? De quoi les entreprises japonaises peuvent-elles profiter lorsqu’elles font des affaires sur le marché vietnamien, Monsieur?
Selon l’enquête de JETRO, les points forts de l’économie vietnamienne sont les suivants : croissance et taille du marché ; stabilité politique et sociale ; faibles coûts de main-d’œuvre et excellentes conditions de vie. Beaucoup ont également déclaré que la qualité des travailleurs et des employés est meilleure que celle des pays voisins.

leftcenterrightdel
 Le Vietnam exerce toujours de l’attractivité, malgré les fluctuations mondiales. Photo: VNA

Environ la moitié des entreprises japonaises au Vietnam se sont orientées vers l’exportation et l’autre moitié vers le marché intérieur. Les atouts du Vietnam sont aptes à ces deux fins. Les faiblesses comprennent l’augmentation des coûts de main-d’œuvre et une rotation élevée, des procédures administratives opaques, des systèmes juridiques sous-développés, des systèmes fiscaux complexes et déroutants et des industries de soutien faibles. 

Cependant, les procédures administratives et les questions de système juridique ont récemment fait l’objet d’une attention croissante. Une administration transparente est un facteur critique pour les entreprises étrangères. Nous attendons avec impatience des améliorations dès que possible.

Le Vietnam vise à attirer des IDE de haute qualité. Selon vous, que doit faire le Vietnam pour continuer à attirer les flux d’investissements du Japon?
Le Vietnam doit améliorer sa productivité et passer à une économie à plus forte valeur ajoutée. Selon JETRO, les coûts de main-d’œuvre au Vietnam sont légèrement inférieurs à ceux de l’Asie, mais ils augmentent considérablement chaque année. Voici quelques observations.

La fabrication de vêtements et de chaussures, généralement associée à une production de masse à faible coût, peut ajouter de la valeur et acquérir de nouvelles «fonctions» industrielles. Le développement en amont des tissus et des fils, la fabrication de petites quantités de qualité et l’utilisation de produits recyclés ne sont que quelques exemples.

Le Vietnam est relativement riche en talents informatiques et numériques et dispose de capacités technologiques élevées. La transformation numérique sera un pilier puissant qui pourrait améliorer l’économie vietnamienne.

Fujikin, un fabricant de vannes spéciales, a établi un vaste centre de R&D dans un parc de haute technologie à Dà Nang. L’installation de Fujikin développera l’intelligence artificielle (IA), des robots, des équipements médicaux innovants et une technologie d’énergie hydrogène. Fujikin investira 35 millions de dollars dans ce projet.

Sur la base de l’expérience des pays développés, la collaboration industrie-université qui relie la recherche fondamentale dans les universités à l’industrie crée de l’innovation.

Quelles recommandations faites-vous au Vietnam pour accroître sa compétitivité et devenir plus attractif pour les entreprises japonaises?
Le Vietnam a démontré sa force dans la transformation et l’assemblage d’industries légères. Elle doit attirer des investissements diversifiés et de qualité pour poursuivre son développement.

Si l’on examine la structure commerciale du Vietnam, les importations en provenance de Chine et de République de Corée représentent 50%. Les tablettes PC, les smartphones, les ordinateurs, les écouteurs, les vêtements, les chaussures et les produits de la pêche sont les principaux articles exportés. Les données montrent que le Vietnam a besoin de plus de diversification des biens commerciaux.

Par exemple, les biens que le Vietnam envisage éventuellement d’exporter sont les semi-conducteurs, les automobiles et leurs pièces, les machines industrielles, les produits pharmaceutiques, divers matériaux et les matières premières. Nous attendons également une agriculture de haute technologie et des aliments à haute valeur ajoutée.

Les ressources humaines informatiques vietnamiennes peuvent utiliser leurs atouts dans le secteur numérique. Malgré une population de près de 100 millions d’habitants, le marché traditionnel et le système de distribution du Vietnam ont encore du potentiel.

En outre, la transition vers une économie numérique nécessite une impulsion politique.

CPV/NDEL

NOUVELLES CONNEXES

  Publier des commentaires
Nom et prénom
Email
Commentaire
Validation