Les États-Unis accusent la Chine d’actes «déstabilisateurs» en Mer Orientale

Samedi, 29/08/2020 11:14
Les récents lancements de missiles balistiques effectués par l’armée chinoise en Mer Orientale menacent la paix et la sécurité régionales, a déclaré le 27 août le département de la Défense des États-Unis.

Les États-Unis et les Philippines discutent des questions liées à la Mer Orientale

Mer Orientale: Les déclarations de souveraineté doivent être résolues selon le droit international


Le secrétaire américain à la Défense Mark Esper. Photo : AFP


Confirmant des informations selon lesquelles l’armée chinoise avait lancé jusqu’à quatre missiles balistiques lors des exercices militaires autour de l’archipel vietnamien de Hoàng Sa (Paracels), le département de la Défense a estimé que de tels tirs étaient en contradiction avec l’engagement, pris par la Chine en 2002, de s’abstenir d’actes provocateurs.

Conduire des exercices militaires en Mer Orientale «a un effet contraire à l’apaisement des tensions et au maintien de la stabilité. Les actions de la Chine, parmi lesquelles les essais de missiles, déstabilisent davantage la situation» dans la Mer Orientale», a-t-il déclaré dans un communiqué.

«De tels exercices violent également les engagements de la Chine inscrits dans la Déclaration de 2002 sur la conduite des parties en Mer Orientale pour éviter les activités qui compliqueraient ou aggraveraient les différends et affecteraient la paix et la stabilité», a-t-il indiqué.

Début juillet, le département de la Défense a poussé la Chine à réduire la «militarisation et la coercition» dans cette zone maritime mais Pékin a choisi d’intensifier ses activités d’exercice en tirant des missiles balistiques.

Selon le Pentagone, les manœuvres réalisées par Pékin entre les 23 et 29 août près de Hoàng Sa (Paracels), que la Chine appelle îles Xisha, sont «la dernière d’une longue liste d’actions de la Chine pour affirmer des prétentions maritimes illégales, au détriment de ses voisins du Sud-Est asiatique».

Le même jour, la Chine s’est dite «fermement opposée» à la décision de Washington de placer sur sa «liste noire» 24 entreprises et individus chinois concernant les constructions dans la Mer Orientale./.

CPV/VNA

NOUVELLES CONNEXES

  Publier des commentaires
Nom et prénom
Email
Commentaire
Validation