L'ONU exhorte à un financement complet des opérations de lutte contre la faim

Jeudi, 22/09/2022 22:30
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé mercredi 21 septembre à un financement total de toutes les opérations d'aide dans la Corne de l'Afrique, alors que la faim accable la région en raison de la sécheresse.

ONU: Le Vietnam partage son expérience en matière de réduction de la pauvreté

COP15 en Côte d'Ivoire: la sécheresse au centre des préoccupations

leftcenterrightdel
Des personnes attendent le soutien alimentaire en Somalie. Photo: AFP 

Dans un message vidéo adressé à un événement parallèle au débat général de l'Assemblée générale sur les besoins humanitaires urgents dans la Corne de l'Afrique, le chef de l'ONU a alerté son auditoire quant au fait que des millions de personnes à Djibouti, en Érythrée, en Éthiopie, au Kenya et en Somalie sont confrontées à la pire sécheresse depuis près d'un demi-siècle.

Quatre saisons des pluies n'ont pas eu lieu et un cinquième risque de ne pas avoir lieu non plus, a-t-il ajouté. La famine est déjà une terrible réalité pour beaucoup, elle menace, a mis en garde M. Guterres.

Les humanitaires sur le terrain décrivent un paysage infernal de souffrance et de douleur : des enfants si mal nourris qu'ils sont trop faibles pour pleurer, des millions d'animaux morts sur le bord des routes à côté de champs stériles, et des prix de la nourriture sur les marchés locaux qui atteignent des sommets, a-t-il déploré.

"Il est difficile d'exagérer l'ampleur du désastre en cours. Mais si nous agissons maintenant, nous pouvons éviter le pire", a indiqué le chef de l'ONU.

Il a appelé à trois actions urgentes. Premièrement, financer entièrement tous les aspects de l'intervention d'urgence : de l'alimentation, de la santé et de la nutrition aux services d'eau et d'assainissement. Deuxièmement, soutenir les groupes d'aide locaux qui peuvent atteindre les populations les plus vulnérables. Troisièmement, demander instamment à toutes les parties prenantes au conflit de respecter le droit humanitaire international et de garantir un accès sûr et sans entrave aux personnes dans le besoin.

CPV/CVN/AFP

NOUVELLES CONNEXES

  Publier des commentaires
Nom et prénom
Email
Commentaire
Validation