L'OMS lance un plan visant à empêcher une nouvelle pandémie

Samedi, 02/04/2022 10:23
L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé jeudi 31 mars un plan visant à empêcher une nouvelle pandémie, lequel a pour but de s'attaquer aux arbovirus.

L'OMS apprécie hautement la lutte du Vietnam contre le COVID-19

Variant indien: l’OMS met en garde contre toute conclusion hâtive

L'OMS s'engage à accompagner le Vietnam dans la période de «vivre en sécurité avec le COVID-19»

Une personne se fait tester contre le COVID à Yantai, en Chine, le 14 mars. Photo: AFP

Selon l'OMS, les maladies dues à des arbovirus les plus courantes sont des maladies transmises par les moustiques les plus dangereuses au monde, telles que la dengue, la fièvre jaune, le chikungunya et le Zika. Elles représentent une menace sanitaire permanente et massive dans les régions tropicales et subtropicales de la planète.

L'Initiative mondiale contre les arbovirus se concentrera sur la surveillance des risques, la prévention des pandémies, la préparation, la détection et la réponse, a indiqué l'OMS. Cette initiative permettrait aux autorités sanitaires de s'attaquer aux "menaces vastes mais connexes" que représentent la dengue, la fièvre jaune, le chikungunya et le Zika, dans différentes parties du monde, a expliqué Mike Ryan, chef du programme d'urgence de l'OMS, cité dans un communiqué.

"Il est urgent de réévaluer les outils dont nous disposons et la manière dont ils peuvent être utilisés pour toutes les maladies afin de garantir une réponse efficace, une pratique fondée sur des preuves, un personnel équipé et formé et l'engagement des communautés", a-t-il ajouté.

L'agence onusienne a insisté sur le fait qu'une action internationale est essentielle, étant donné "la fréquence et l'ampleur des épidémies" d'arbovirus, en particulier ceux qui sont transmis par les moustiques Aedes.

L'intérêt pour l'initiative de l'OMS a été fort au cours des deux années précédant le lancement de jeudi 31 mars, malgré les pressions de la pandémie de COVID-19 en cours, car on s'inquiète de plus en plus de la propagation des maladies arbovirales dans le cadre de grandes épidémies régionales, a fait remarquer M. Ryan.

CPV/Xinhua/CVN

NOUVELLES CONNEXES

  Publier des commentaires
Nom et prénom
Email
Commentaire
Validation