Dans les derniers jours de juillet, Bui Tien Dat et son frère ont recherché dans tous les groupes sur les réseaux sociaux des informations sur leur mère hospitalisée au Covid-19. Il était très inquiet car 3 jours plus tard, ils ne connaissaient toujours pas l'état de santé de sa mère. Ils savaient seulement que leur mère était dans le coma, sous respirateur à l'hôpital de réanimation Covid-19 de la ville.

Via la fanpage de l'hôpital Cho Ray, Dat a pu se connecter avec l'équipe de reporters de Zing à l'hôpital de réanimation Covid-19 à cette époque.

Dat était ravi de voir sa mère allongée sur le lit d'hôpital. Mais il ne s'attendait pas à ce que ce soient aussi les dernières images de sa mère. Deux jours plus tard, Dat a reçu des nouvelles du médecin qu'elle était morte du Covid-19.

"J'ai été loin de ma mère pendant plus de 3 ans, cette année elle avait promis d'aller à Bien Hoa pour mon anniversaire, mais maman est partie pour toujours".

Mme Ha, la mère de Dat dans les jours critiques, était sous respirateur à l'hôpital de réanimation Covid-19. Photo: CPV/Zing


Ce n'est qu'un des milliers de cas où des familles à Ho Chi Minh-Ville ont subi beaucoup de pertes et de souffrances au cours des 7 derniers mois. Les séparations éternelles entre médecins et patients ont également lieu chaque jour à l'hôpital de réanimation Covid-19, considéré comme le dernier bastion pour sauver la vie de patients gravement malades du Covid-19.

Le docteur Tran Thanh Linh considère les moments de combat pour la vie des patients à l'hôpital de réanimation Covid-19 comme "la plus grande bataille de ma vie" et la mission de traitement à Ho Chi Minh-Ville est vraiment un énorme défi pour les "soldats en blouse blanche".

Les médecins sont toujours sous pression avec de nombreux patients Covid-19 en situation critique chaque jour à Ho Chi Minh-Ville. Photo: CPV/Zing

Également pendant la période de pointe à la mi-août, les voyages funéraires des bénévoles pour les morts dus au Covid-19 ont fonctionné 24 heures sur 24.

Les équipes de bénévoles n'auraient jamais pensé qu'elles participeraient aux travaux d'inhumation et entreraient en contact avec tant de cadavres.

"Chaque jour, je suis en contact avec 6 à 7 personnes décédées, la plupart à cause du Covid-19", a expliqué un bénévole Ha Nhi.

Une famille de la rue Ho Hoc Lam (district de Binh Tan) se tient au loin pour voir une proche décédée du Covid-19. Photo: Zing


Les funérailles au milieu de la pandémie de Covid-19 à Ho Chi Minh-Ville se sont déroulées tranquillement.

Les familles qui ont perdu des êtres chers à cause du Covid-19 ne savent pas quoi faire mais attendent que l'équipe funéraire prenne les corps de leurs proches puis ils attendent le retour de leurs cendres.

En pleine nuit, une voiture funéraire d'un groupe de bénévoles transporte le corps d'un patient du Covid-19 jusqu'au lieu de crémation. Photo: Zing


Alors que le nombre de patients Covid-19 gravement malades augmente, la tendance des décès ciblant le groupe des personnes âgées a été mise en garde par de nombreux experts.

Le Commandement de Ho Chi Minh-Ville a mis en place un point de rassemblement pour les cendres des patients du Covid-19 au salon funéraire de Ho Chi Minh-Ville pour les remettre aux commandements militaires des localités.

"Les soldats travaillent jour et nuit, traitant les cendres comme des membres de leur famille", a déclaré le capitaine Su Tan Phi Long, du Commandement de la ville.

Mme Nguyen Thi Thu Lan, accompagnée de sa belle-sœur, est venue recevoir les cendres de son mari au Commandement militaire de l’arrondissement 10. Photo: Zing


Les responsables du ministère municipal de la Santé ont signalé qu'entre le début de la 4e épidémie et le 18 novembre, Ho Chi Minh-Ville a enregistré plus de 17.000 décès.

C'est la localité avec le plus grand nombre de décès, représentant 74% de tous les décès dus au Covid-19 à travers le pays. 86,5% des personnes décédées ont plus de 50 ans. Parmi les décès figurent environ 100 enfants et femmes enceintes.

S'exprimant lors de la 2e session de la dernière 15e Assemblée nationale, Nguyen Anh Tri, ancien directeur de l'Institut central d'hématologie et de transfusion sanguine, délégué de l'Assemblée nationale de Hanoï, a exprimé son chagrin face à la perte de milliers de compatriotes. Depuis 1975, c'est le plus grand nombre de pertes en vies humaines dans notre pays.

Le corps d'une personne décédée des suites du Covid-19 est pris en charge par le personnel médical juste devant la salle des urgences de l'hôpital de l’arrondissement 8. Photo: Zing


"Je voudrais demander à l'Assemblée nationale l'autorisation d'organiser une Journée nationale de deuil pour les personnes décédées à cause de l'épidémie de Covid-19", a déclaré avec sincérité M. Tri.

Pendant la période de distanciation sociale, les personnes décédées du Covid-19 ne peuvent pas avoir d'enterrement complet. Photo: Zing


Après de nombreux mois, des milliers de personnes ne peuvent toujours pas oublier la douleur de perdre un être cher à cause de l'épidémie. C'est aussi une perte inoubliable pour le pays.

Ce soir, le 19 novembre, la cérémonie commémorative des compatriotes décédés pendant la pandémie de Covid-19 se tiendra à Ho Chi Minh-Ville et Hanoï. Elle sera retransmise en direct à la télévision centrale et locale.

La cérémonie commémorative a pour but de se souvenir des malheureux patients et d'exprimer de la gratitude aux officiers, soldats, médecins et forces anti-épidémiques décédés à cause de la récente épidémie féroce de Covid-19./.

CPV