Hô Chi Minh-Ville: les caractéristiques uniques des marchés sans nom

Vendredi, 17/11/2023 11:56
Hô Chi Minh-Ville compte actuellement plus de 200 marchés traditionnels en activité, parmi lesquels de nombreux marchés "anciens mais sans nom" qui sont très célèbres et sont devenus des caractéristiques uniques de Saigon-Hô Chi Minh-Ville.
leftcenterrightdel

Le marché au bétel et à l'arec de la rue Le Quang Sung (6e arrondissement). Photo: LĐO

Le marché au bétel et à l'arec de la rue Le Quang Sung (6e arrondissement) a plus de 50 ans et est une destination familière des habitants de la ville et des provinces voisines chaque fois qu'il y a un besoin pour des mariages, des anniversaires de décès, des cérémonies au temple... 

On l'appelle un "marché", mais en réalité il n'y a qu'une douzaine de stands vendant depuis longtemps du bétel et des noix d'arec. Les commerçants se consacrent à chaque feuille de bétel et chaque noix d'arec et transmettent le métier à plusieurs générations de leur famille. Ce marché du bétel et de l'arec est comme une beauté traditionnelle de la nation, où les vendeurs essaient de poursuivre leur métier malgré la pluie et le mauvais temps.

Avec un petit couteau, Mme Nguyen Thi Hoa (70 ans) a coupé une noix d'arec en morceaux égaux. Les feuilles de bétel ont également été habilement façonnées en ailes de phénix pour préparer la livraison aux clients. Mme Hoa a confié qu'elle "est tombée amoureuse" de ce métier alors qu'elle n'avait que 18 ans parce qu'elle a appris le métier de sa grand-mère. A cette époque, ce marché était très animé, des gens de partout venaient vendre, acheter et échanger des noix de bétel et d’arec.

Qu'il s'agisse d'un mariage, d'un festival, du Têt,… il est indispensable d'avoir “Une chique de bétel (qui) marque le début de la conversation” Mais au fil des années, le nombre de personnes mâchant du bétel a diminué progressivement. Désormais, cet article n'est destiné qu'à être exposé lors des occasions importantes, il y a donc de moins en moins de vendeurs. En moyenne, chaque jour, Mme Hoa vend 1.000 noix d’arec et 20 kg de bétel. Pour les fêtes importantes, elle vend plus.

Non seulement ils vendent de bétel et d'arec, mais de nombreux stands vendent également des noix d'arec séchées, des feuilles médicinales et de la chaux éteinte. Les femmes et les mères ont confié qu'elles ne se concentrent pas sur "la nourriture, les vêtements, le riz, l'argent" mais qu'elles souhaitent surtout conserver le métier familial. "Heureusement, notre coutume exige un plateau de bétel et de noix d'arec lors du mariage, nous avons donc les conditions pour survivre jusqu'à aujourd'hui", confie Mme Tran Thi Loi (66 ans, habitante dans le 4e arrondissement).

leftcenterrightdel
Le marché aux poissons «âm phủ» de la rue Luu Xuan Tin (5e arrondissement)  est le plus fréquenté de 3h à 6h du matin. Photo: kenh14.vn
On ne sait pas quand le marché aux poissons «âm phủ»(enfer) de la rue Luu Xuan Tin (5e arrondissement) est devenu un lieu d'échange, d'achat et de vente pour les amateurs de poissons d'ornement. Ce marché est le plus fréquenté de 3h à 6h du matin. Mme Nguyen Thi Hong Hoa (45 ans, vivant dans le district de Nha Be) y fait du commerce depuis près de 5 ans et a fait savoir que ce marché existait avant 1975. Au début, il n'y avait que quelques commerçants, mais progressivement de plus en plus.

La petite rue devient un marché aux poissons d’ornement très animé avec le plus grand nombre de transactions de tout le pays. Des poissons d'ornement de toutes sortes provenant de toutes les provinces de Long An, Tien Giang, Can Tho, Vinh Long... et même des districts suburbains sont rassemblés ici, puis redistribués aux boutiques de poissons d'ornement dans tout le pays. Les vendeurs  garantissent la qualité et sont prêts à échanger le poisson, c'est pourquoi de nombreuses personnes sont  des clients réguliers depuis de nombreuses années.

Même s'ils vendent au détail, ils suivent tous les prix de gros, donc il n'y a pratiquement pas de marchandage", a partagé Mme Hoa. Ceux qui viennent pour la première fois   ne seront pas surpris par la richesse. La plupart des types de poissons, depuis les plus populaires comme les guppys, les poissons à trois queues... jusqu'aux  plus rares comme les poissons koi, les poissons arhat évalués à des millions de dongs/pièce, sont  placés dans des sacs remplis d'oxygène en attendant les clients.

leftcenterrightdel

Les insectes sont emballés dans des sacs. Photo: Dantri

Non loin du marché aux poissons «âm phủ», un autre lieu de shopping portant le nom de «marché aux insectes» dans la rue Thuan Kieu (5e arrondissement) fait facilement frémir les personnes sensibles. Ici, toutes sortes de vers, criquets, sauterelles, grillons de feu, mille-pattes, vers de terre, lézards, serpents... attendent les acheteurs dans des boîtes en polystyrène.

Selon Mme Le Thi Thin (48 ans, 8e arrondissement) , qui a près de 30 ans d'expérience dans le commerce, le marché existe depuis l'époque de ses grands-parents. Autrefois, ce lieu était spécialisé dans la vente d'oiseaux, de coqs de combat... Puis, certains apportaient des insectes pour les vendre aux  éleveurs d'oiseaux. Voyant qu'ils pouvaient être vendus, certains ont commencé ce commerce, qui s'est ensuite développé. Ici, les «petits commerçants» proviennent principalement des banlieues./.
CPV

NOUVELLES CONNEXES

Publier des commentaires
Nom et prénom
Email
Commentaire

/

Validation