Le RCEP crée un espace pour connecter la production et le commerce dans toute l'ASEAN et ses partenaires. Photo: VNA

Le document examine et compare les modèles de chaîne de valeur mondiale (CVM) de l’ASEAN avec ceux du RCEP (Partenariat économique global régional) afin d’identifier les opportunités et les coûts liés au RCEP pour l’ASEAN.

L’étude révèle que le rôle de l’ASEAN dans les CVM du RCEP est plus petit que celui dans les CVM de l’ASEAN et que la connectivité de l’ASEAN par le biais de la production est donc également plus petite, en partie parce que le RCEP est moins intégré que l’ASEAN. Bien que l’ASEAN produise de nombreux produits, ils ne deviennent pas nécessairement des intrants pour les exportations des pays de l’ASEAN qui ne sont pas membres du RCEP.

Sur une base par secteur, l’étude montre que si les chaînes de valeur mondiales de l’automobile et de l’électronique sont fortes dans l’ASEAN, elles sont beaucoup plus fortes dans le RCEP en raison de la participation de la Chine, du Japon et de la République de Corée. Par conséquent, il existe des opportunités pour les CVM de l’ASEAN dans ces secteurs de s’étendre dans des pays de l’ASEAN qui ne sont pas  membres du RCEP.

Selon l’étude, les pays membres de l’ASEAN sont principalement des producteurs de vêtements qui sont des exportateurs de produits finis plutôt que des producteurs intermédiaires. Les pays de l’ASEAN peuvent bénéficier du RCEP en augmentant leurs importations de textiles en provenance de Chine.

L’agro-industrie et le tourisme de l’ASEAN sont généralement des industries régionales ou nationales axées sur le marché qui pourraient pénétrer à la fois les marchés de l’ASEAN et du RCEP.

Dans l'usine des composants pour motos de la société japonaises Ohashi Tekko dans la ZI de Binh Xuyen, province de Vinh Phuc. Photo: VNA

L’impact direct du RCEP sur le commerce et l’investissement, mesuré par les augmentations de valeur, est estimé à 42 milliards de dollars d’exportations et 900 millions de dollars d’IDE en valeur actuelle. Ces chiffres correspondent à 1,8% et 0,3% des exportations et des flux d’IDE actuels.

Afin de maximiser les avantages du RCEP, le document identifie les cinq mesures politiques spécifiques suivantes pour l’ASEAN, notamment la création d’un réseau de production du RCEP pour élargir les chaînes de valeur et promouvoir le commerce et l’investissement.

Il recommande d’utliser les programmes de production existants et les initiatives des pays membres du RCEP, l’un étant le programme du Japon visant à diversifier et à multiplier les chaînes d’approvisionnement dans l’ASEAN pour faire face à divers risques tels que le Covid-19 qui a perturbé les chaînes d’approvisionnement.

Le document suggère d’attirer les investissements directs étrangers, en particulier ceux qui créent des chaînes de valeur à partir de pays non membres du RCEP de l’ASEAN ; de renforcer les relations avec le Japon puisque le pays est considéré comme bénéficiant davantage du RCEP que l’ASEAN ; et de développer des pièces et composants d’exportations d’autres pays membres du RCEP qui sont tributaires des chaînes de production de diverses CVM.

CPV/VNA