Photo d'illustration/VOV


La coopération maritime au sein de l'ASEAN et des mécanismes dirigés par l'ASEAN a obtenu des résultats significatifs en divers domaines malgré la crise sanitaire du COVID-19, a déclaré un représentant vietnamien lors du 10e Forum maritime de l'ASEAN (AMF), tenu le 15 décembre.

Dans son discours d'ouverture, Vu Ho, directeur du département ASEAN du ministère vietnamien des Affaires étrangères, a affirmé le rôle de l’AMF en tant que cadre efficace pour promouvoir les dialogues, le partage d'informations et la coordination entre les agences compétentes, contribuant de manière significative à la coopération et à la sécurité maritimes régionales.

En 2020, l'ASEAN a mis en place un réseau de lutte contre la pêche illégale, élaboré un plan d'action conjoint sur la lutte contre les déchets marins et étudié la faisabilité de l'élaboration de politiques communes de la pêche dans l'ASEAN, a-t-il rappelé.

Lors du 15e Sommet d'Asie de l'Est (EAS), les participants ont approuvé la Déclaration des hauts dirigeants de l'Asie de l'Est sur la coopération maritime durable, affirmant que la coopération et la sécurité maritimes étaient une priorité dans les plans d'action pour 2021-2025 que l'ASEAN et sept partenaires ont définis au cours de l'année, a-t-il ajouté.

Outre les résultats de la coopération maritime, le 10e Forum maritime de l’ASEAN a abordé les défis émergents, y compris les activités et les évolutions qui ont compliqué la situation et accru les tensions, nuisant à l'ordre maritime fondé sur des règles, ainsi que des défis non traditionnels tels que pêche illégale, pollution et déchets plastiques.

Les délégués ont salué les résultats et les recommandations présentés lors du séminaire marquant le 10e anniversaire de l’AMF organisé par le Vietnam le 14 décembre, y compris la proposition de construire une approche globale, cohésive, réactive et inclusive de la coopération maritime de l’ASEAN.

Ils ont souligné la nécessité d’intensifier le partage d’informations et la coordination entre les institutions et de réduire les chevauchements. Enfin, ils ont affirmé l’importance du respect du droit international, en particulier de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM).

Les participants ont également avancé des mesures pour consolider et améliorer l'efficacité de l’AMF./.

CPV/VNA