Le président Moon Jae-in prononce un discours liminaire à la cérémonie d'ouverture du 15e Congrès forestier mondial, le 2 mai 2022. Photo: Yonhap

Moon Jae-in a fait cette remarque dans un discours liminaire à l'ouverture du 15e Congrès forestier mondial au Centre des conventions et des expositions (COEX), affirmant que la Corée du Sud a connu la destruction de forêts pendant la domination coloniale japonaise (1910-1945) et la guerre de Corée (1950-1953).

«Sur la base de notre expérience de restauration des forêts par la solidarité et la coopération, nous participerons activement aux efforts de la communauté internationale pour conserver et développer les forêts», a-t-il affirmé.

Le dirigeant a souligné que la pandémie de Covid-19 a mis en évidence l'importance de la coexistence avec la nature et a déploré que le monde perde quelque 4,7 millions d'hectares de forêt par an, une superficie équivalente à 80 fois la taille de Séoul.

Il a mis en avant l'importance de la coopération entre les pays avancés et ceux en développement, affirmant que la Corée du Sud prévoyait de plus que doubler son aide publique au développement d'ici 2030 et de fournir une aide financière aux pays en développement pour les aider à restaurer leurs forêts.

Il a également assuré que le pays du Matin-Clair ferait de son mieux pour développer ses propres forêts dans le cadre de ses efforts pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Moon Jae-in a noté que la Corée du Sud abritait l'une des deux seules «voûtes de semences» au monde et l'a comparée à une «arche de Noé moderne», où les ressources génétiques de toutes les plantes sont préservées en cas de catastrophe naturelle ou nucléaire sur une échelle globale.

«(Le coffre à graines) représente le cœur de nous tous qui pensons aux générations futures et aimons la Terre», a-t-il déclaré./.

CPV/VNA