La cérémonie de signature du RCEP est organisée en ligne. Photo: AFP


Selon Mey Kalyan, conseiller principal du Conseil national suprême économique et également président de l'Institut des ressources de développement du Cambodge, l'accord joue un rôle important lorsque l'économie mondiale perd son équilibre en raison de la pandémie, du protectionnisme et de l'unilatéralisme.

Le RCEP stimulera la croissance de la région dans l'ère post-COVID-19 et offrira des avantages à long terme à tous les pays participants, dont le Cambodge, a-t-il déclaré.

Selon Neak Chandarith, directeur du Centre de recherche de la Route de la Soie maritime (du XXIe siècle) du Cambodge, l'accord fait preuve de l'engagement et du consensus sur le soutien du multilatéralisme dans le commerce et compense de graves pertes économiques causées par la pandémie de coronavirus et le protectionnisme.

Pour le Cambodge, le RCEP est le premier accord commercial qui permet au Royaume de bénéficier d'un libre accès à un large éventail de marchés dans la région, a-t-il indiqué.

Joseph Matthews, professeur principal à l'Université internationale BELTEI à Phnom Penh, a fait savoir que le RCEP jouerait certainement un rôle important dans la promotion du commerce et des investissements dans les pays d'Asie-Pacifique, contribuant à renforcer la confiance en l'économie mondiale.

Un rapport mené par Peter A.Petri de l'Institut Brookings et le professeur en économie internationale Michael Plummer de l'Université Johns Hopkins a indiqué que le RCEP apporterait 209 milliards de dollars au revenu annuel du monde et 500 milliards de dollars au commerce mondial en 2030.

Selon Mark Haefele, directeur en charge des investissements d'UBS Global Wealth Management, les économies de l'Asie du Nord pourraient bénéficier le plus du RCEP.

D'après Jeffrey Sachs, économiste américain et conseiller spécial du secrétaire général des Nations Unies, les membres du RCEP devraient renforcer la coopération pour relancer le tourisme, le commerce, l'investissement dans les énergies renouvelables et parvenir au développement durable.

Après huit ans de négociations, le RCEP a été signé le 15 novembre dans le cadre du 37e Sommet de l'ASEAN et des réunions connexes. Ce pacte commercial implique les 10 pays membres de l'ASEAN (Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande et Vietnam) et cinq partenaires du bloc (Australie, Chine, Japon, République de Corée et Nouvelle-Zélande). Ses membres  représentent environ 30% du PIB mondial et 30% de la population mondiale./.

CPV/VNA