Photo: ONU

La protection de l'environnement dans les conflits armés est une responsabilité commune de la communauté internationale, a affirmé l'ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès des Nations Unies (ONU).

L’ambassadeur Dang Dinh Quy a fait cette déclaration lors d'une discussion en ligne, organisée conjointement le 26 mai, par les Missions du Vietnam, du Niger, du Costa Rica, de la Belgique, de la Suisse, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et l'organisation de consolidation de la paix PAX, en écho de la Semaine des Nations Unies pour la protection des civils.

Il a souligné la nécessité de prêter attention à la restauration de l'environnement après les conflits pour aider les civils à stabiliser rapidement leur vie et à maintenir une paix durable. Il a déclaré aux participants que l'agent orange/dioxine avait causé de graves conséquences sur la population et l'environnement vietnamiens, car plus de 3 millions de Vietnamiens étaient victimes de la dioxine et des centaines de milliers d'hectares de terres étaient contaminés par ce produit chimique.

Pendant ce temps, le règlement des conséquences de la dioxine nécessite d'énormes ressources et du temps, a-t-il ajouté. Le diplomate vietnamien a profité de cette occasion pour remercier les États membres de l'ONU, les organisations et la communauté internationale d'avoir soutenu le Vietnam dans la détoxication et l’assistance aux victimes de la dioxine.

La Semaine des Nations Unies pour la protection des civils, qui se déroule du 24 au 28 mai 2021, est un événement annuel organisé en marge de la discussion ouverte du Conseil de sécurité sur la protection des civils. Elle attire la participation de plus de 100 représentants des pays membres des Nations Unies, organisations œuvrant dans le domaine de la protection humanitaire et environnementale. Il s’agit de la deuxième fois que le Vietnam co-organise un événement sur ce sujet.

CPV/VNA