Le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères Pham Quang Hieu au séminaire. Photo : VNA

Le ministère des Affaires étrangères du Vietnam, en coopération avec les ministères des Affaires étrangères de l'Inde, de l'Australie, du Canada et l'Union européenne, a organisé, en directe et en ligne, le 1er juin, le 3e séminaire du Forum régional de l’ASEAN (ARF) sur l’application de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM 1982) et d'autres instruments juridiques internationaux pour répondre aux défis nouvellement émergents en mer.

Le séminaire a réuni environ 200 délégués de 27 pays de l'ARF, d'organisations régionales et internationales, de missions diplomatiques et de ministères et secteurs liés à la mise en œuvre de la convention.

S'exprimant lors de la cérémonie d'ouverture, le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères Pham Quang Hieu a affirmé le rôle important de la CNUDM 1982 en tant que "Constitution" de l'océan, cadre juridique pour résoudre les défis maritimes, dont les défis nouvellement émergents après l'adoption de la convention.

M. Hieu a souligné que tous les différends en Mer Orientale devaient être résolus par des moyens pacifiques, conformément au droit international, à commencer par la CNUDM 1982 ; une coopération de bonne volonté, sur la base de la convention, contribuerait à renforcer la confiance entre les parties, à promouvoir la paix, la sécurité et la prospérité de la région.

En accord avec la déclaration de la partie vietnamienne, les coprésidents que sont l'ambassadeur du Canada et l'ambassadeur d'Australie au Vietnam, ont également souligné le rôle et la valeur de la CNUDM 1982. L'ambassadrice canadienne Deborah Paul a affirmé son soutien à tous les efforts déployés par les pays pour résoudre les différends par des moyens pacifiques, conformément au droit international.

Discutant lors de la première journée de travail du séminaire de deux jours, les participants ont affirmé que la CNUDM 1982 était un fondement juridique important pour la coopération dans la région.

Les délégués ont insisté sur la nécessité d'élaborer un document régional sur le traitement humain des pêcheurs, sur la base du respect du droit international et prenant en compte les caractéristiques de la région. Ils ont aussi souligné la participation d'entités pertinentes du secteur privé, d'organisations internationales et régionales, d'organisations non gouvernementales, outre les organismes publics.

Selon les prévisions, lors de la deuxième journée de travail, le séminaire se concentrera sur la lutte contre la dégradation de l'environnement, la biodiversité marine, la pêche illégale, le renforcement de la coopération pour assurer la sécurité et la sûreté de la navigation, la coopération entre les forces de l'ordre en mer./.

CPV/VNA