Le vice-Premier ministre et ministre vietnamien des Affaires étrangères Pham Binh Minh au débat. Photo: VNA

M. Minh a hautement apprécié les efforts de l’Afrique, le rôle de l’UA et des organisations sous-régionales dans la promotion de l’intégration régionale et du développement socio-économique au cours de ces dernières années.

Les défis tels que le terrorisme, la criminalité transnationale, le changement climatique, la sécurité alimentaire et de l’eau, la pandémie de COVID-19, le virus Ebola, ont porté un coup dur à la paix et à la stabilité dans de nombreux pays de la région, et ont même posé le risque d'aggraver les conflits et l’instabilité, a-t-il ajouté.

Le responsable vietnamien a affirmé que la coopération ONU-UA sert de cadre important pour la mise en œuvre des initiatives de sécurité et de paix dans la région, via l'utilisation du soutien et de l'expertise internationaux, ainsi que le rôle des mécanismes régionaux comme l'UA, qui aident prévenir et résoudre les conflits en Afrique.

Sur cette base, M. Minh a avancé quelques suggestions pour renforcer la coopération ONU-UA, dont le renforcement du rôle de coordination de l'UA dans le règlement des conflits régionaux et l’amélioration du partenariat stratégique UA-ONU. Il a également suggéré l'expansion de la coopération interrégionale, dont celle entre l’UA et l’ASEAN. Il a aussi souligné la solide amitié traditionnelle entre le Vietnam et les pays africains.

La coopération entre l'ONU et les organisations régionales est toujours l'une des principales priorités du Vietnam au cours de son mandat en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a été réalisée par l’initiative de tenir la première réunion sur la coopération ASEAN-ONU en janvier dernier.

Le Vietnam est toujours prêt à contribuer activement au processus de coopération dans le but de renforcer le partenariat ASEAN-UA dans les temps à venir.
Lors du débat, les délégués ont salué le partenariat stratégique ONU-UA et les contributions de l'UA à la promotion de la paix, de la sécurité et du développement en Afrique. L'ONU et l'UA doivent approfondir leur coopération pour répondre aux défis mondiaux, prévenir et régler les conflits régionaux, ont-ils souligné.
Ils ont grandement apprécié les réalisations importantes acquises à travers la coopération ONU-UA au fil des ans, qui ont contribué au processus de paix, politique et socio-économique dans de nombreux pays comme la République centrafricaine, le Soudan du Sud et le Soudan.

Les participants ont également exprimé leur inquiétude face aux développements complexes dans d'autres pays tels que la Libye, le Yémen, la Somalie, la région du Sahel et du lac Tchad, exprimant l'espoir que l'UA et l'ONU continueront de coopérer étroitement pour relever les défis mondiaux et s'attaquer aux causes profondes des conflits.

Créée en 2002, l'UA est un organisme continental composé de 55 États membres qui composent les pays du continent africain, avec une population combinée de 1,3 milliard d'habitants et représentant 3% du PIB mondial. 

CPV/VNA