L'ambassadrice Le Thi Tuyet Mai, chef de la mission permanente du Vietnam. Photo: VNA


Lors de sa 44e réunion, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a tenu 29 réunions et 7 sessions de discussion, adopté 2 rapports sur l'Examen périodique universel (EPU) et mené 35 sessions de dialogue avec le Haut-Commissaire aux droits de l'homme, l’envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies, 2 commissions d'audition et 22 rapporteurs spéciaux sur plus de 50 sujets.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a ouvert la réunion et présenté le rapport annuel sur la situation des droits de l'homme, en se concentrant sur l'impact de la pandémie de COVID-19 sur la protection et la promotion des droits de l'homme dans le monde. Un certain nombre de hauts dirigeants des pays ont pris la parole lors de la réunion par vidéo, tels que le chef de la région administrative spéciale de Hong Kong (Chine) Carrie Lam, la ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne, la ministre de la Justice Namibie Yvonne Dausab...

Les discussions thématiques annuelles se sont concentrées sur un certain nombre de questions particulièrement préoccupantes pour le Conseil des droits de l'homme, telles que l'impact de la pandémie de COVID-19 sur certains des groupes les plus vulnérables de la société.

Le débat thématique sur les droits des personnes handicapées dans le contexte du changement climatique a été organisé à l'initiative du Vietnam, des Philippines et du Bangladesh, les trois coauteurs de la résolution annuelle du Conseil des droits de l'homme sur le changement climatique et les droits de l'homme.

 La discussion a attiré la participation de nombreux pays et organisations internationales telles que l’ONU Femmes, l'UNICEF et un certain nombre d'organisations non gouvernementales basées à Genève. Des orateurs et des délégués de pays, d'organisations internationales, d'ONG, de représentants de personnes handicapées ont tous souligné les effets négatifs et inégaux du changement climatique sur les droits de l'homme, en particulier les personnes handicapées, qui est le groupe le plus vulnérable dans une situation de crise comme la pandémie de COVID-19.

Sur les 23 résolutions adoptées, la nouvelle résolution a été coparrainée par l'Afrique du Sud, le Pakistan et la Namibie sur «le rôle central du gouvernement face à la pandémie et aux autres états d’urgence sanitaires et leurs conséquences socio-économiques, afin de promouvoir le développement durable et la mise en œuvre des droits de l'homme », qui a été approuvée par les pays membres, affirmant le soutien du Conseil des droits de l'homme au rôle de direction de l'Etat en réponse à la pandémie pour garantir le droit aux soins de santé de la population et en même temps assurer la reprise de l'économie post-pandémique. La résolution met également l'accent sur le contenu de la coopération internationale et du renforcement des capacités des pays en développement pour répondre aux situations d'urgence.

La résolution sur le changement climatique et les droits de l'homme, axée sur les droits des personnes âgées, introduite par le Vietnam, les Philippines et le Bangladesh, continue d'affirmer la politique cohérente du Vietnam en matière de protection et de promotion des droits de l'homme qui participe activement aux activités du Conseil des droits de l'homme, démontrant son rôle de premier plan dans les questions de changement climatique.

La délégation vietnamienne conduite par l'ambassadrice Le Thi Tuyet Mai, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès des Nations Unies, de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et d'autres organisations internationales à Genève, a participé activement à la 44e réunion du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies. La délégation vietnamienne a participé, a pris la parole lors de 9 séances, notamment, les discussions thématiques sur les droits des femmes, les droits des enfants, les droits des personnes handicapées dans le contexte du changement climatique, le droit d'accès du public aux technologies de l'information... Le Vietnam a affirmé son engagement à protéger et à promouvoir les droits de l'homme, en donnant la priorité aux groupes défavorisés de la société et en poursuivant ses efforts pour restaurer l'économie post-épidémique, vers la mise en œuvre réussie des objectifs de développement durable (ODD), avec un engagement à «ne laisser personne de côté».

Sur les droits de l'enfant, le Vietnam souligne que la protection des droits de l'enfant est l'une des priorités politiques, le thème de la protection des droits de l'enfant dans les conflits armés et la reconstruction post-conflit est également une priorité du pays pendant son mandat de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies 2020-2021.

La délégation vietnamienne, en tant que président de l'ASEAN, a représenté l'ASEAN pour prendre la parole  lors des sessions de dialogue sur le rapport annuel du Haut-Commissariat sur la situation des droits de l'homme et l'impact de la pandémie de COVID-19, la situation des droits de l'homme aux Philippines...

La délégation vietnamienne a également participé activement à l'élaboration du contenu des documents, parrainant de nombreuses initiatives dans un esprit de dialogue et de coopération, démontrant les points de vue, les politiques cohérentes, les réalisations du Vietnam ainsi que les réalisations communes de l'ASEAN dans la promotion et la protection des droits de l'homme, contribuant à l’assurance du fonctionnement du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies conformément aux principes fondamentaux du droit international./.

CPV/VNA