La conseillère d’ambassade, cheffe adjointe de la Mission du Vietnam à l’ONU, Nguyen Phuong Tra. Photo: VOV

La conseillère d’ambassade, cheffe adjointe de la Mission du Vietnam à l’ONU, Nguyen Phuong Tra, a tenu à réaffirmer le soutien de son pays à la souveraineté, à l’unité, à l’indépendance et à l’intégrité territoriale du Yémen, insistant sur une participation substantielle des femmes au processus politique. 

Lors d’une réunion de discussion sur la situation du Yémen du Conseil de l’ONU, tenue le 15 octobre, Mme Nguyen Phuong Tra a salué la bonne nouvelle de la libération de 1081 personnes mais a déploré l’escalade de la violence, en particulier les attaques dont sont victimes les femmes et les enfants.  

Elle s’est félicitée de l’augmentation des contributions même si les fonds actuels de l’aide humanitaire restent bien en-deçà des besoins.  La représentante s’est en effet déclarée préoccupée par l’insécurité alimentaire, par l’invasion des criquets pèlerins et la fragilité du système de santé.  Elle s’est aussi attardée sur la menace écologique que constitue le pétrolier SAFER. 

"Nous exhortons les parties au conflit à respecter les appels au cessez le feu émis par le Secrétaire General le 25 mars 2020 pour faciliter les pourparlers et l’aide humanitaire’", a déclaré la représentante.  Il n’y a pas de solution militaire au conflit.  Elle a réclamé un accès sûr et sans entrave aux travailleurs humanitaires. Toutes les parties, a-t-elle conclu, doivent appliquer les Accords de Ryad et Stockholm, avec la médiation des Nations Unies.  La représentante a tenu à réaffirmer le soutien de son pays à la souveraineté, à l’unité, à l’indépendance et à l’intégrité territoriale du Yémen, insistant sur une participation substantielle des femmes au processus politique. 

Lors de cette réunion,  l’Envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, M. Martin Griffiths, et le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a déclaré que le Yémen se trouve dans une situation comprise entre "bonnes nouvelles", escalade de violence et situation humanitaire catastrophique.  

Pour le premier, "le ciel yéménite a vu l’avion de l’espoir, ce matin".  En effet les parties ont commencé à libérer des prisonniers, suite à l’accord signé le 27 septembre en Suisse, dans le cadre de la plus vaste opération de libération de prisonniers de l’histoire. Plus d’un millier de prisonniers ont ainsi été rendus à leurs proches, même si d’autres restent encore détenus. 

Autre bonne nouvelle, les versements au Plan de réponse humanitaire pour le Yémen ont fait passer son niveau de financement de 30 à 42%, a annoncé M. Lowcock, soulignant toutefois qu’à la même époque l’année dernière, le financement était de 65%./. 

CPV/VNA