Photo : QDND

 

Il y a eu 582 attaques en octobre, soit une augmentation de 0,34% en glissement annuel, a indiqué le centre relevant de l’Autorité de la sécurité de l’information du ministère de l’Information et de la Communication.

Pour assurer la cybersécurité des utilisateurs d’Internet au Vietnam, depuis la mi-septembre, le NCSC s’est associé à 21 sociétés informatiques, dont de nombreuses entreprises de premier plan telles que VNPT, Viettel, BKAV et FPT, pour mener une campagne nationale sur la détection et la suppression des logiciels malveillants, a fait savoir son directeur Trân Quang Hung.

En conséquence, à la mi-octobre, le nombre d’adresses IP dans le réseau d’ordinateurs «zombies» ou détournés (IP Botnet) au Vietnam a fortement diminué, passant de plus de 2 millions à quelque 1,3 million, a-t-il noté.

Le centre a également soutenu la détection de logiciels malveillants et la supervision de la cybersécurité dans plus de 100.000 ordinateurs de divers ministères et organisations gouvernementales.

Plus de 70% des ministères, des organisations gouvernementales et des administrations locales avaient appliqué des systèmes de sécurité à quatre niveaux au début du mois d’octobre. Ce taux devrait atteindre 100% d’ici la fin de cette année.

Des recherches mondiales menées par un certain nombre de sociétés de sécurité réputées montrent que bien que les infections par des logiciels malveillants au Vietnam aient diminué récemment, elles étaient encore élevées par rapport à d’autres pays.

Les chiffres montrent que le pays comptait environ 16 millions d’adresses informatiques suivant le protocole Internet de 4e génération (IPv4) à la mi-septembre. Environ 3 millions d’adresses IP étaient fréquemment mises sur liste noire par de nombreuses organisations internationales. 

CPV/VNA