Photo: qdnd.vn

 

L'échange de notes a concerné l'ambassadeur du Japon Takio Yamada et le représentant de l'UNICEF au Vietnam Rana Flowers, en présence du vice-ministre vietnamien de l'Agriculture et du Développement rural Nguyen Hoang Hiep.

Le projet de 5,7 millions de dollars vise à renforcer les capacités institutionnelles pour soutenir des activités centrées sur les enfants  afin que 27.000 d’entre eux en bénéficient dans le Centre et le delta du Mékong, en particulier les provinces de Soc Trang, Ca Mau et Bac Lieu.

Il améliorera les services d'approvisionnement en eau et d'assainissement et procédera au dépistage de la malnutrition aiguë sévère afin d'intervenir en temps opportun en 2025.

S'exprimant lors de l'événement, M. Hiep a remercié le gouvernement japonais et l'UNICEF d’agir dans des secteurs aussi divers que la nutrition, les soins de santé, l'éducation et l'approvisionnement en eau potable, afin de répondre aux besoins fondamentaux des personnes vivant dans des zones sujettes aux catastrophes naturelles.

La signature du document a marqué une étape importante dans le partenariat étroit entre les gouvernements du Vietnam et du Japon, et l'UNICEF, a-t-il déclaré.

M. Hiep a en outre noté que son ministère espère que le gouvernement du Japon et l'UNICEF continueront de partager leurs expériences et de promouvoir le partenariat public-privé (PPP) pour des projets de réponse aux catastrophes naturelles.

Il attend également du Japon et de l'UNICEF qu'ils présentent des recommandations au Vietnam, mènent des campagnes de changement des comportements et sensibilisent davantage les personnes, les dirigeants et les gestionnaires à la réduction des risques de catastrophe afin de construire une société résiliente.

La représentante de l'UNICEF au Vietnam, Rana Flowers, a déclaré que la crise climatique est une crise des droits de l'enfant. Le Vietnam est confronté à des catastrophes liées au changement climatique, comme la sécheresse et l'intrusion saline dans le delta du Mékong, ainsi qu'à des inondations et des glissements de terrain historiques dans le Centre l'année dernière, a-t-elle déclaré.

De nombreuses communautés déjà touchées par des catastrophes naturelles subissent les effets néfastes de la pandémie de COVID-19, a-t-elle noté, ajoutant que le projet abordera des problèmes dans de multiples domaines, dont l'eau potable, l'assainissement, la nutrition, l'éducation et la protection des enfants.

De plus, le projet ne considère pas seulement les enfants comme un groupe vulnérable, mais aussi comme un agent de changement pour une communauté verte, propre et sûre.

Selon l'indice de risque climatique pour les enfants de l'UNICEP 2021, les enfants et adolescents vietnamiens sont les plus à risque d'être affectés par les effets du changement climatique.

CPV