Une formation du japonais aux travailleurs vietnamiens avant leur départ au Japon. Photo : VNA


Au milieu de l'épidémies de COVID-19, le Japon a appliqué des restrictions d'entrée. Cependant, ensuite, le gouvernement japonais a mis en œuvre un « cadre d'exception » permettant l'entrée au pays des travailleurs étrangers au service des affaires commerciales. Les travailleurs doivent remplir les conditions de prévention du coronavirus : être testé au virus SRAS-CoV-2, se mettre en quarantaine dans les 14 jours... Le Vietnam est le pays répondant le mieux ces conditions. Alors, les travailleurs vietnamiens au Japon n'ont cessé d'augmenter au fil du temps.

L'article a indiqué qu'en 2020, les employés vietnamiens ont augmenté de 10,6% et ont officiellement dépassé la Chine pour devenir la plus grande communauté de main-d'œuvre étrangère au Japon (près de 444.000 Vietnamiens contre 419.430 Chinois).

La majorité des travailleurs vietnamiens venus au Japon sont des stagiaires qualifiés. C’est une source importante pour les industries connaissant une grave pénurie de main-d'œuvre au Japon.

De plus, les étudiants vietnamiens promettent également devenir une contribution potentielle au marché du travail japonais. Selon la réglementation du gouvernement japonais, les étudiants internationaux sont autorisés à faire des heures supplémentaires jusqu'à 28 heures par semaine et jusqu'à 40 heures par semaine pendant les vacances d'été.

L'article a affirmé que la demande de travailleurs étrangers continuerait inévitablement d'augmenter au Japon après que le pays ait levé la situation d'urgence et l'épidémie de COVID-19 soit fondamentalement sous contrôle.

CPV/VNA