Des visiteurs à l'exposition "Procès contre l’agence orange - un plaignant - des millions de victimes" 

 

Une exposition mettant en lumière la douleur des victimes vietnamiennes de l'agent orange et le procès intenté par la septuagénaire franco-vietnamienne Trân Tô Nga contre des multinationales de l’agrochimie qui ont fabriqué l’agent orange déversé par l’armée américaine pendant la guerre au Vietnam, a été inaugurée le 8 mai à Ho Chi Minh-Ville 

Intitulé "Procès contre l’agence orange - un plaignant - des millions de victimes", l'événement est organisé conjointement par la maison d'édition Tre, le journal Tuoi Tre (Jeunesse) et la société Duong Sach à Ho Chi Minh-Ville.

Plus de 100 documents, photos, illustrations choisis parmi des archives de journaux, de témoins, de recherches et du Musée des vestiges de la guerre, sont exposés, fournissant des informations et statistiques sur les effets à long terme de l’agent orange sur les humains, la nature et l’environnement.

Les photos et documents aident les visiteurs à mieux comprendre l’agent orange contenant de la dioxine toxique, qui a dévasté des millions de Vietnamiens.

Ils décrivent également l'avancement du procès, les fondements juridiques et scientifiques, la camaraderie et le soutien d'amis du monde entier et des victimes d'agent orange au procès.

Les organisateurs ont déclaré que les visiteurs peuvent scanner les codes QR sur chaque document et image de l'exposition pour obtenir plus d'informations, les aidant ainsi à mieux comprendre le produit chimique et le procès.

Tran To Nga, née en 1942, a intenté une action en justice en mai 2014. Parmi les sociétés citées dans son procès, il y a des noms tels que Monsanto (maintenant détenue par le groupe allemand Bayer) et Dow Chemical.

Avec le soutien d’organisations non gouvernementales, Tran To Nga a accusé les entreprises de nuire durablement à sa santé, à ses enfants et à d’innombrables autres personnes, ainsi que de détruire l’environnement.

Parmi ses trois enfants, le premier est mort de malformations cardiaques et le second souffre d'une maladie du sang.

Le 16 avril 2015, le Crown Court de la ville d'Evry a tenu la première audience sur l'affaire, mais depuis lors, les avocats des sociétés chimiques ont essayé par tous les moyens de dégager des procédures.

Le procès devait s'ouvrir en octobre 2020 mais a été reporté en raison de la pandémie de COVID-19.

De 1961 à 1971, l’armée américaine a déversé 80 millions de litres de défoliants au Vietnam, lesquels contenaient près de 400 kg de dioxine, un produit hautement toxique qui perturbe les fonctions hormonales, immunitaires et reproductives de l'organisme.

En conséquence, environ 4,8 millions de Vietnamiens ont été exposés au produit chimique toxique. De nombreuses victimes sont décédées, tandis que des millions de leurs descendants vivent avec des malformations et des maladies résultant directement des effets du produit chimique. 

CPV/VNA