Pham Xuan Thang, membre du Comité central du Parti et secrétaire du Comité populaire de Hai Duong prend la parole. Photo: VNA


Le 27 janvier, l'épidémie de COVID-19 avait éclaté dans la province de Hai Duong. Actuellement, le foyer épidémique de Chi Linh s'est éteint, celui dans les districts de Cam Giang et de Kim Thanh est sous  contrôle. Les autorités s'efforcent d'éradiquer complètement l'épidémie dans les plus brefs délais.

Lors de la réunion évaluant les résultats de prévention et de la lutte contre le COVID-19 à Hai Duong, le prof.-associé et docteur Tran Nhu Duong, directeur adjoint de l'Institut national d'hygiène et d'épidémiologie, a déclaré que la province a témoigné de sa responsabilité dans la lutte contre l'épidémie non seulement sur son sol mais aussi pour tout le pays.  Cependant, l'épidémie est susceptible d'éclater de nouveau. Ainsi, Hai Duong devrait être proactive,  considérant la prévention et la lutte contre l'épidémie comme une tâche régulière dans la situation de "nouvelle  normalité".

Le secrétaire du Comité populaire provincial Pham Xuan Thang a affirmé qu'à partir du 3 mars, Hai Duong mettra en œuvre dix groupes de mesures pour la prévention et le contrôle de l'épidémie et cinq groupes pour le développement socio-économique. La province est déterminée à poursuivre sa lutte contre le COVID-19 selon l'esprit "Chaque citoyen est un soldat, chaque organe et famille est une forteresse sur le front de la lutte antiépidémique".

La population est invitée à continuer de respecter strictement le message 5K du ministère de la Santé: "Khau trang" (masque), "Khu khuan" (désinfection), "Khoang cach" (distance), "Khong tu tap" (pas de rassemblements) et "Khai bao y te" (déclaration de santé).

Les écoles pourraient rouvrir après le 17 mars. En outre, les activités de transport public interprovincial et intraprovincial seront reprises, tout en garantissant la sécurité sanitaire.

Jusqu'au 28 février, Hai Duong a enregistré 665 cas de COVID-19 dont 297 ont été guéris. Plus de 16.000 personnes sont prises en charge dans des zones de quarantaine concentrées et près de 11.000 groupes de surveillance de l'épidémie au sein de la communauté ont été créés.

CPV/VNA