Une travailleuse vietnamienne. Photo: OIT


L’Organisation internationale du travail (OIT) s’est félicitée de la possibilité d’améliorer la protection des travailleurs migrants apportée par la Loi amendée sur les travailleurs vietnamiens sous contrat à l’étranger, à l’occasion de la Journée internationale des migrants (18 décembre).

La loi, adoptée le 13 novembre par l’Assemblée nationale du Vietnam, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2022, s’appuie sur les lois antérieures pour renforcer la protection des travailleurs migrants.

L’OIT a noté que la nouvelle loi a supprimé les commissions de courtage payables par les travailleurs migrants aux agences de recrutement et interdit de facturer des frais de service aux travailleurs migrants qui utilisent des entités publiques à but non lucratif pour migrer à l’étranger.
L’OIT a déclaré que les travailleurs migrants qui paient des frais de recrutement élevés et les coûts connexes sont plus vulnérables à l’exploitation par le travail, y compris le travail forcé/la traite des êtres humains.

Le spécialiste régional des migrations de main-d’œuvre de l’OIT, Nilim Baruah, a déclaré qu’en réduisant les coûts admissibles à la charge des travailleurs migrants, la loi offre une meilleure protection contre ces préjudices.

Lorsque les travailleurs sont endettés par des coûts de migration élevés, ils peuvent être moins en mesure de quitter leur emploi lorsqu’ils sont maltraités, exploités ou forcés de travailler. La suppression de la commission de courtage des coûts autorisés à être payés par les travailleurs migrants contribue en partie à faire face à ce risque, a-t-il ajouté.

Pour les agences de recrutement, la nouvelle loi retient certaines catégories de coûts à la charge des travailleurs migrants, à savoir les frais de service et les dépôts, mais fixe des limites et détaillera les montants admissibles dans les documents d’application à développer au cours de 2021.

La loi dispose que les frais de service dans la législation subordonnée ne doit pas dépasser le plafond de trois mois de salaire, que les agences de recrutement peuvent prendre aux travailleurs et aux partenaires d’accueil. La fixation de ce plafond pour ces coûts permettra aux travailleurs migrants de prendre des décisions éclairées sur la migration et de sensibiliser davantage aux coûts de la migration régulière.

La loi interdit la discrimination et le travail forcé au sein de la migration de main-d’œuvre et permet aux travailleurs soumis ou menacés de subir des mauvais traitements, du harcèlement sexuel ou du travail forcé de résilier unilatéralement leur contrat de travail sans pénalité financière.

En vertu de la nouvelle loi, les agences de recrutement peuvent voir leur licence révoquée si elles utilisent de la publicité mensongère ou d’autres moyens trompeurs pour recruter des travailleurs aux fins de travail forcé/de traite des personnes ou d’autres formes d’exploitation.

En outre, dans le cadre de la formation d’orientation préalable au départ, les agences de recrutement sont tenues de fournir des connaissances et des compétences en matière de prévention du travail forcé/de la traite des personnes et de la violence sexiste.
L’engagement du gouvernement vietnamien en faveur de la prévention du travail forcé dans les migrations de main-d’œuvre est évident dans l’adoption de cette loi révisée, a déclaré Baruah, ajoutant que la loi franchissait la première étape cruciale vers la réduction des frais de recrutement et des coûts connexes facturés aux travailleurs migrants.

Le Directeur de l’OIT au Vietnam, le Dr Chang-Hee Lee, a promis que l’OIT s’est engagée à soutenir le processus d’élaboration de la législation subordonnée par le dialogue social et la mise en œuvre de la loi tout au long de 2021 et à l’avenir.

Cette année, la Journée internationale des migrants célèbre le 30e anniversaire de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

L’adoption de la Loi sur les travailleurs vietnamiens sous contrat à l’étranger marque un pas important vers ce que la migration de main-d’œuvre est une expérience habilitante et enrichissante pour tous les travailleurs migrants vietnamiens, a indiqué l’OIT./.

CPV/VNA