Le vice-Premier ministre Vu Duc Dam prend la parole lors de la réunion. Photo: VNA


Le vice-Premier ministre Vu Duc Dam, chef du Comité de direction national pour la prévention et le contrôle du COVID-19, a demandé le 4 août au secteur de la santé et aux autorités de tous niveaux de se concentrer sur les zones à haut risque pendant la lutter contre le COVID-19.

Selon le vice-Premier ministre, les hôpitaux et les maisons de retraite ont le plus besoin d'attention, et les patients dans des conditions critiques et un traitement prolongé en unité de soins intensifs (USI) et les services de néphrologie et cardiovasculaire sont les plus vulnérables à la transmission du coronavirus.

L'épidémie dans la ville centrale de Da Nang a mis les hôpitaux, les localités, les départements et les agences en alerte, a-t-il ajouté, soulignant la nécessité de resserrer les règles dans les hôpitaux et d'observer sérieusement les réglementations de prévention et de contrôle de la pandémie à l'égard des patients et des agents de santé.

Vu Duc Dam a déclaré que les mesures contre le COVID-19 devraient être mises en œuvre dans le statut de nouvelle normalité, et a demandé au ministère de la Santé de se coordonner avec les agences médiatiques pour guider les gens à maintenir leurs activités quotidiennes et leur production dans la nouvelle situation.

S'exprimant lors de la réunion, le ministre de la Santé par intérim, Nguyen Thanh Long, a souligné la complexité de la pandémie à Da Nang et dans la province voisine de Quang Nam, affirmant que les tests prouvaient que la nouvelle vague avait commencé début juillet.

Le ministère déploie tous les efforts possibles pour contenir la maladie en étendant les tests et la surveillance dans la communauté et en mettant en quarantaine tous les cas de F1 qui sont en contact direct avec les patients de COVID-19.

Long a déclaré que jusqu'à 50 000 échantillons à Da Nang et Quang Nam seraient prélevés pour des tests dans les temps à venir.

Le Comité de direction national pour la prévention et le contrôle du COVID-19 a prédit qu'il y aura plus de cas de transmission communautaire et de décès dans les  prochains jours alors que la pandémie balaie les services de soins intensifs, de néphrologie et cardio-vasculaire où sont traités des patients atteints de maladies chroniques graves.

Le comité a rapporté qu'au soir du 4 août, le Vietnam avait confirmé 670 cas de COVID-19, dont 308 cas importés qui avaient été mis en quarantaine à l'arrivée.

Parmi les patients, 378 se sont rétablis. Il y a 222 nouveaux cas liés à Da Nang depuis le 25 juillet.

Près de 133 280 personnes qui ont eu des contacts étroits avec des patients ou qui venaient de zones touchées par la pandémie sont placées en quarantaine et sous surveillance médicale. 

CPV/VNA