Le Dr Kidong Park, représentant de l'OMS au Vietnam. Photo : VNA


Il a ajouté que cependant, comme l'épidémie actuelle est plus difficile et prendrait plus de temps à contrôler, elle nécessite des efforts persistants et collectifs suivant l'approche de l'ensemble de la société.

Il a estimé que le Vietnam était actuellement confronté à des épidémies de COVID-19 plus difficiles que les vagues précédentes.

L’épidémie est signalée dans plusieurs contextes (hôpitaux, parcs industriels, installations de quarantaine, marchés, communautés) et s’est propagée à différentes provinces.

Les variants préoccupants avec une transmissibilité plus élevée, telles que les variants Delta et Alpha, qui peuvent être attribuées aux épidémies actuelles.

L'OMS a travaillé en étroite collaboration avec le ministère de la Santé et continuera de le faire pour fournir les preuves scientifiques les plus récentes pour soutenir le gouvernement dans ses processus de prise de décision en matière de riposte.

Il y a encore des grappes et des cas avec des sources d'infection inconnues signalés dans quelques provinces du sud.

L'OMS reconnaît que le Vietnam a répondu à ces groupes par des actions vigoureuses. Les épidémies dans de nombreuses provinces sont en grande partie sous contrôle, bien que le Vietnam ait encore des provinces confrontées à des situations difficiles comme à Ho Chi Minh-Ville.

L'OMS est confiante dans la capacité du Vietnam à supprimer cette épidémie grâce à son approche sociétale dirigée par le Comité de pilotage national depuis le début de cette pandémie.

Il a estimé que le contrôle des épidémies de COVID-19 n'est pas seulement la responsabilité du secteur de la santé. Elle a besoin d'actions coordonnées de tous les secteurs et d'une bonne conformité du public.

Les mesures de santé publique telles que la recherche des contacts, les tests de laboratoire, l'isolement et la quarantaine doivent être strictement mises en œuvre et renforcées.

Des mesures de distanciation sociale, y compris un verrouillage ciblé, peuvent être appliquées sur la base d'une évaluation des risques sur le terrain.

Le renforcement de la communication doit être constant et crédible pour garantir que les gens appliquent les mesures 5K.

En plus de cela, la couverture des vaccins COVID-19 parmi les travailleurs de la santé, les travailleurs de première ligne et les populations à haut risque telles que les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies non transmissibles sous-jacentes devrait également être augmentée.

L'OMS a travaillé en étroite collaboration avec le ministère de la Santé et continuera de le faire pour fournir les preuves scientifiques les plus récentes pour soutenir le gouvernement dans ses processus de prise de décision, a-t-il conclu.

CPV/VNA