Remise des premières civières médicales à l’Hôpital Bach Mai et à l’Hôpital national des Maladies tropicales. Photo: CPV


L’Institut Polytechnique de Hanoï a remis, le 14 octobre 2020, les premières civières médicales à l’Hôpital Bach Mai et à l’Hôpital national des Maladies tropicales. Il s’agit du produit de l’un des quatre projets du Vietnam financés par l’Agence Universitaire de la Francophonie dans le cadre de son appel à projets COVID-19.

Ce projet, initié par un groupe de 5 scientifiques de l’Institut polytechnique de Hanoï, consiste à fabriquer des civières médicales pour isoler la pression négative des patients infectés par la COVID-19. Ce produit innovant a pour but d’éviter les risques infectieux pour le personnel soignant et la communauté lors du déplacement des patients.

«L'hôpital est toujours le premier endroit touché par l'épidémie. Les virus de très petite taille sont transmis principalement via des gouttelettes en suspension dans l'air, de sorte que le risque d'infection croisée est très élevé. Ce dispositif, avec un masque filtrant d’air contaminé, est considéré comme l’une des solutions technologiques les plus efficaces aujourd’hui pour déplacer les patients, sans exposer les professionnels de santé à une potentielle contamination.» Assoc. Prof. Dr. Phan Trung Nghia, Institut de Génie chimique, Institut Polytechnique de Hanoï, chef de projet a expliqué le principe de fonctionnement de ce produit innovant.

«Afin d’apporter une solution à impact immédiat, il nous a fallu finaliser ce produit en un temps record de 3 mois. Pour ce faire, l'équipe de projet a sollicité de nombreux conseils professionnels des médecins de l'Hôpital Bach Mai, de l’Hôpital national des Maladies tropicales et de l’Institut des Équipements et Travaux médicaux relevant du Ministère de la Santé.», il a précisé.

Il s'agit probablement de la première bande «made in Vietnam» dédiée au transport de patients de patients en pression négative créée lors de l'épidémie de Covid-19 depuis début 2020.

Les civières médicales permettent de déplacer les patients, sans exposer les professionnels de santé à une potentielle contamination. Photo: VNA


L’équipe de projet vise à fabriquer un produit pratique, à partir de simples matériaux à faible coût, répondant aux exigences techniques, facile à utiliser, réutilisable et adapté aux Vietnamiens. 

«Nous nous sentons encouragés lorsque les scientifiques sont à nos côtés dans la lutte contre la pandémie du COVID-19.», a partagé Dr. Than Manh Hung, Directeur adjoint du Service d’Urgence de l’Hôpital national des Maladies tropicales.

«Dans beaucoup de pays, le rôle de l’université n’est pas vu à sa juste valeur. Ayant pour mission de promouvoir les initiatives de recherche et d'innovation des universités, nous sommes persuadés que les universités sont moteur de développement des sociétés et qu’elles sont en capacité de développer des solutions qui répondent aux défis mondiaux. Les premiers résultats très positifs des projets que nous finançons dans le cadre de l’appel COVID-19, comme celui-ci, en font preuve.», a déclaré le Pr. Jean-Marc Lavest, directeur régional de l’AUF en Asie-Pacifique.

CPV