La table ronde sur l’exploitation et la gestion efficace des transports publics à Ho Chi Minh-Ville. Photo: VNA

Les intervenants suédois et vietnamiens ont discuté du plan et de la vision du gouvernement vietnamien sur le développement des transports publics et estimé les opportunités et potentiels de coopération entre le Vietnam et la Suède dans la matière. Ils ont aussi discuté de l’application des mesures suédois pour développer les transports publics et faire de ceux-ci un moyen  de transport populaire et pratique pour la population.

S’exprimant à la table ronde l’ambassadeur suédois Pereric Högberg a estimé que le Vietnam était en train de passer le processus d’urbanisation rapide. En 2017, environ 40% des 90 millions de Vietnamiens vivaient dans les zones urbaines, ce posant un grand défis pour les transports, notamment les transports urbains.

La Suède arrive en tête dans l’application des mesures d’aménagement urbain. Depuis les années 90, les émissions à gaz à effet de serre sont réduites de 9%, et depuis 1970, la consommation de carburants diminue de 90%. Le nombre des morts sur la route est au niveau le plus inférieur du monde. Avec ses expériences, la Suède est prête à soutenir le Vietnam dans la recherche des orientations, l’édification des cités durables avec un réseau de transports intelligents, a-t-il déclaré.

Les représentants de plusieurs sociétés telles qu'ABB, Erisson, Volvo Bus, Axis Communications, Volvo Cars et Roxtec, ont présenté à des partenaires vietnamiens  des mesures pour accroître le nombre de personnes utilisant les transports en commun, garantir la sûreté des conditions de circulation et renforcer l’application de nouvelles technologies comme l'Internet des objets (IoT) et eMobilité.

Dans la stratégie de développement des transports publics d’ici 2020 et orientations pour 2030, le Vietnam veut faire des transports publics une option prioritaire, contrôler la croissance du nombre des moyens de transport individuel et fluidifier la circulation urbaine. D’ici 2020, le pays compte porter à 20% le nombre de bus et de taxis utilisant le gaz de pétrole liquéfié (GPL), le gaz naturel comprimé (GNC) ou l'énergie solaire. 

CPV/VNA