Passagers portant des masques à l’aéroport international de Changi. Photo : AFP/VNA


Cette décision sera effective un jour après la levée du confinement partiel imposé à Singapour depuis le 7 avril pour freiner la propagation de la pandémie de COVID-19.

Il s’agit d’une partie de la stratégie de réouverture du secteur du transport aérien pour répondre aux besoins de développement économique et de déplacement de la population.

Pour l’heure, seuls les transits des passagers étrangers sur les vols de rapatriement organisés par leur gouvernement sont autorisés à l’aéroport international de Changi.

Selon les nouvelles mesures, les agences de l’aviation devront présenter leur proposition à la CAAS de vols en transit à l’aéroport de Changi en se basant sur les critères de sécurité de l’aviation, la santé communautaire et la santé de passagers et membres d’équipage.

Singapour a fermé ses frontières à tous les passagers depuis le 23 mars, y compris des passagers y transitant quand le gouvernement multipliait les mesures de contrôle des frontières pour empêcher les cas de transmission importés.

L’aviation et le tourisme de la cité-Etat sont durement touchés. En avril dernier, le transport des passagers à l’aéroport international de Changi a connu une chute de 99,5%.

À Singapour, le nombre de cas de COVID-19 a franchi mercredi 20 mai la barre des 29.000 dont 22 décès et 10.365 guérisons./.

CPV/VNA