La 11e Conférence internationale sur la mer Orientale s'achève

Samedi, 09/11/2019 12:59
Respecter la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) de 1982 et promouvoir le rôle central de l'ASEAN constituent un choix politique du Vietnam dans le règlement des différends en mer Orientale, a déclaré le président de l'Académie diplomatique du Vietnam, Nguyen Vu Tung.

Mer Orientale: Le Vietnam doit chercher à obtenir un soutien international plus fort

Confirmer les droits et intérêts juridiques du Vietnam en Mer Orientale

Les actes unilatéraux de la Chine en Mer Orientale violent la CNUDM, selon un expert japonais


Les délégués lors de la 11ème Conférence internationale sur la mer Orientale à Hanoï. Photo: Baoquocte


Dans son discours de clôture de la 11ème Conférence internationale sur la mer Orientale à Hanoï le 7 novembre, le président de l'Académie diplomatique du Vietnam, Nguyen Vu Tung, a déclaré que la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 demeurait une base importante pour des solutions aux problèmes de la mer Orientale.

Au cours de la conférence de deux jours, les délégués nationaux et étrangers ont examiné diverses questions liées à la mer Orientale, telles que la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, la Déclaration sur la conduite des parties en mer Orientale (DOC), le Code de conduite en mer Orientale (COC) en cours d'élaboration et d'autres accords et traités bilatéraux et multilatéraux, a déclaré Nguyen Vu Tung.

Selon le responsable, les participants ont affirmé que le multilatéralisme persiste malgré les défis, en particulier ceux liés à la mer Orientale. Le multilatéralisme et l’ordre mondial imposeraient de plus grands défis si le droit international, dont la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, n’était pas respecté.

Les délégués ont passé beaucoup de temps à débattre de la concurrence entre les puissances mondiales de la région, du comportement et des activités des principales parties prenantes telles que les États-Unis, le Japon, la République de Corée, l'Inde, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Union européenne, a déclaré Nguyen Vu Tung.

Ils ont également mentionné la Chine - le plus gros demandeur en mer Orientale et une puissance émergente dans la région, affirmant que Pékin devrait être le principal acteur dans le règlement des différends dans les eaux, a-t-il ajouté.

La 11ème Conférence internationale sur la mer Orientale sur le thème «Coopération pour la sécurité et le développement régionaux» a été co-organisée par l'Académie diplomatique du Vietnam, la Fondation pour les études de la mer Orientale (FESS) et l’Association des juristes du Vietnam, réunissant environ 50 orateurs et 250 fonctionnaires, universitaires et diplomates vietnamiens et étrangers.

CPV/VNA

NOUVELLES CONNEXES

  Publier des commentaires
Nom et prénom
Email
Commentaire
Validation