Le vérificateur général adjoint du Vietnam, Doan Anh Tho (Photo: sav.gov.vn)

 

L'événement a réuni des représentants des institutions supérieures de contrôle (ISC) de Thaïlande, du Myanmar, d'Inde, d'Indonésie, de Malaisie, du Népal, de Mongolie, du Bhoutan, du Pakistan, du Japon et d'Oman.

Ouvrant le séminaire, le vérificateur général adjoint du Vietnam, Doan Anh Tho, a déclaré qu'en 2018, la 14e  Assemblée de l'Organisation asiatique des institutions supérieures de contrôle (ASOSAI) a adopté la Déclaration de Hanoi sur "l'audit environnemental pour le développement durable", qui couvre la promotion du partage des connaissances dans le Communauté de l'ASOSAI, en développant la capacité d'audit environnemental des ISC membres, en réalisant les objectifs de développement durable (ODD) et en faisant face aux défis environnementaux mondiaux.

La Déclaration de Hanoi est devenue un document important sur la vision stratégique de l'ASOSAI pour la prochaine période de mise en œuvre de l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable, a-t-il noté.

Pour atteindre les objectifs fixés dans cette déclaration, le SAV s'est coordonné avec les ISC du Myanmar et de Thaïlande, avec le soutien des ISC de Malaisie et d'Indonésie, pour mener l'audit environnemental coopératif sur la gestion des ressources en eau dans le bassin du Mékong. Malgré les impacts de la pandémie, l'audit a porté ses fruits.

Les résultats montrent que les gouvernements du Vietnam, du Myanmar et de la Thaïlande ont prêté attention et fait des efforts pour gérer les ressources en eau du Mékong parallèlement à la mise en œuvre des ODD.

Cependant, l'audit a également souligné la dégradation des ressources en eau du fleuve, ainsi que des impacts négatifs sur l'écologie, les moyens de subsistance et la vie des riverains dans ces 3 pays.

À travers l'audit, les trois ISC ont émis des avertissements sur les risques et les conséquences de la dégradation des ressources en eau du Mékong. Ils ont également proposé de nombreuses mesures réalisables aux gouvernements et aux agences concernées de leurs pays respectifs.

Lors du webinaire, les participants ont examiné des questions d'intérêt commun telles que l'application de la technologie de télédétection aux audits, les communications sur les résultats des audits, le règlement des problèmes transfrontaliers liés aux ressources en eau dans le bassin du Mékong et le financement pour le règlement des problèmes en suspens signalés par l'audit.

CPV